Cet article date de plus d'un an.

Cyclisme - Thomas Voeckler : une "grosse désillusion" après l'annulation des Mondiaux

L'annulation des Mondiaux d'Aigle-Martigny est une "grosse désillusion", s'est ému mercredi le sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme Thomas Voeckler, même s'il veut croire qu'ils pourront être organisés sur un site de repli comme le souhaite l'Union cycliste internationale (UCI).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Thomas Voeckler. (FRED TANNEAU / AFP)

La déception est grande pour Thomas Voeckler. Après l'annulation des Mondiaux d'Aigle-Martigny (20-27 septembre), dont l'épreuve en ligne était promise à un grimpeur, le sélectionneur de l'équipe de France a fait part de sa "grosse désillusion" à l'AFP. "C'est un an de travail avec la fédération sur la logistique, la préparation. Tout ça a été balayé en une journée", soupire Thomas Voeckler. Une déception surtout pour ses coureurs : "Nos meilleurs grimpeurs y pensaient depuis un an et rêvaient d'être champions du monde", souligne l'ancien coureur de Jean-René Bernaudeau.

L'espoir d'une reprogrammation

Le parcours très exigeant d'Aigle-Martigny et sa montée de la Petite Forclaz (4 km à 10,2%), gravie sept fois, correspondait en effet aux qualités du trio de base de la sélection tricolore Alaphilippe-Pinot-Bardet. Prenant l'exemple de l'annulation des championnats d'Europe de Trente en mai, reprogrammés début juillet du 24 au 28 août à Plouay en France, le sélectionneur veut croire que trouver un nouveau site pour les Mondiaux est possible.

"S'ils ont réussi pour les championnats d'Europe avec un contexte sanitaire très compliqué, je me dis que c'est possible aussi", espère-t-il. L'UCI a expliqué chercher un site en Europe, aux dates initiales (20 au 27 septembre) et avec un parcours similaire. "On ne va pas chipoter s'ils arrivent à trouver un parcours pour grimpeurs, ce sera très bien", s'en accommode déjà Voeckler.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Thomas Voeckler

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.