Strade Bianche : Van der Poel s'impose devant Alaphilippe décroché dans le final

Julian Alaphilippe (Deceuninck - Quick Step) pris à son propre jeu ! Après une longue lutte à trois, le champion du monde français a été distancé dans les derniers mètres des Strade Bianche ce samedi 6 mars, victime d'une attaque tranchante dont il a normalement le secret, mais cette fois signée Mathieu Van der Poel (Alpecin - Fenix). Le prodige néerlandais s'impose devant le Français, et signe sa deuxième victoire de prestige après le Tour des Flandres 2020. Egan Bernal (Ineos Grenadiers) complète le podium.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Mathieu Van der Poel exulte sur la ligne d'arrivée à Sienne. (DIRK WAEM / BELGA MAG)

Incroyable Mathieu Van der Poel. A 26 ans, le coureur néerlandais d’Alpecin-Fenix, petit-fils de Raymond Poulidor, s’est imposé sur les Strade Bianche 2021 après avoir survolé la course avec Julian Alaphilippe. Le champion des Pays-Bas, quadruple champion du monde de cyclo-cross, était attendu sur les sentiers poussiéreux de Toscane, et il a répondu présent en étant le grand animateur de la course au côté du Français. Mais dans le final, dans les rues de Sienne, Van der Poel était tout simplement trop fort pour Alaphilippe, décroché dans les rues étroites à quelques mètres de l’arrivée. Après le Tour des Flandres 2020, Van der Poel confirme.

Le détonateur Alaphilippe

Après plusieurs échappées sans succès, les favoris ont pris la course en main après 190 km d’effort, à une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée. Surveillé avec son maillot de champion du monde sur le dos, Julian Alaphilippe a assumé son statut et lancé les hostilités avec une première attaque, bien suivie par Wout van Aert (Jumbo-Visma), autre grand favori du jour et tenant du titre. Le début d’une série d’attaques qui ont établi une sélection royale, avec un groupe constitué de Wout van Aert (Jumbo-Visma), Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fénix), Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), Tadej Pogacar (UAE Team Emirates), Egan Bernal (Ineos-Grenadiers), Thomas Pidcock (Ineos-Grenadiers), Michael Gogl (Team Qhubeka Assos) et Quinn Simmons (Trek-Segafredo).

La course venait alors de basculer. Car dès ce moment, les hommes de tête ont tous collaboré pour creuser l’écart, qui a tenu jusqu’à l’emballement final. Si bien qu’après 25 km de lutte, les poursuivants ont lâché l’affaire alors qu’au même moment, Wout van Aert était distancé dans le long sentier de Monte Sante Marie, épuisé par les accélérations d’un Alaphilippe survolté. Quelques kilomètres plus loin, c’est Mathieu Van der Poel qui a fait éclater le reste du groupe avec une accélération soudaine à 14 km de la ligne, dans le mur du Tolfe. Julian Alaphilippe et Egan Bernal ont été les seuls à pouvoir le suivre.

Engagés dans un match à trois, Van der Poel, Alaphilippe et Bernal ont pris leur relais jusque dans les rues sinueuses de Sienne pour signer une fin de course épique. Et c’est là, dans les derniers hectomètres du mur de la via Santa Caterina (12,4%), que le prodige néerlandais a placé son ultime attaque. Après avoir dynamité la course à plusieurs reprises, le Français ne pouvait suivre une dernière fois. Vainqueur en 2019, Alaphilippe se contentera de la deuxième place derrière Van der Poel qui signe un deuxième succès de prestige après sa victoire au Tour des Flandres 2020.

-

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.