Les "miraculés" du septième jour

Ce sont sans doute les derniers survivants du séisme. Hier, les sauveteurs ont sorti plusieurs rescapés des décombres. Des miracles auxquels certains s'accrochent, tandis que d'autre secouristes abandonnent les recherches.

(Radio France © France Info)

Une jeune femme sortie vivante des ruines d'un supermarché de
Port-au-Prince. Un homme dégagé des décombres de l'immeuble d'une entreprise haïtienne de télécommunications. Mais aussi un bébé de trois semaines découvert en vie sous les gravas de la maison familiale à Jacmel, à 80 km de la capitale haïtienne.

Sept jours après le séisme, ces sauvetages relèvent du miracle. Et seront sans doute les derniers, ou presque. L'armée américaine a prévenu hier qu'elle allait bientôt cesser les recherches, préférant se concentrer sur les secours aux rescapés.

Ici et là, les sauveteurs arrêtent déjà de fouiller les décombres, "avec un sentiment de grande déception" dit un secouriste israélien qui espérait trouver d'autres survivants dans les ruines d'une université de Port-au-Prince, d'où deux étudiantes ont été tirées lundi.

Bientôt, les sauveteurs vont laisser la place aux bulldozers. A l'espoir de trouver des survivants succède le début de la reconstruction.

Côté bilan (provisoire), le ministère français des Affaires étrangères annonce que dix-sept Français sont morts dans le séisme et seize sont toujours portés disparus.