Cet article date de plus de huit ans.

Le président de l'Agence américaine antidopage affirme qu'Armstrong a menti lors de ses aveux

Dans une émission qui sera diffusée demain aux Etats-Unis, Travis Tygart accuse le cycliste américain de n'avoir pas dit toute la vérité devant Oprah Winfrey. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Travis Tygart, le patron de l'agence anti-dopage américaine le 16 octobre 2012 à Colorado Spring (Etats-Unis). (ED ANDRIESKI / AP / SIPA)

LANCE ARMSTRONG - L'interview accordée à l'émission de CBS "60 minutes" doit être diffusée dimanche 27 janvier, mais des extraits ont déjà filtré. Selon ceux-ci, Travis Tygart, le président de l'Agence américaine antidopage (Usada), affirme que Lance Armstrong a menti lors de ses aveux de dopage devant Oprah Winfrey. 

L'homme, qui a poursuivit le cycliste américain jusqu'à la fin du mythe Armstrong, estime que le Texan de 41 ans n'a pas voulu s'exposer à des poursuites pénales aux Etats-Unis car les faits remontant à 2009 ne sont pas encore prescrits. Il aurait donc notamment menti en niant s'être dopé lors de son retour à la compétition en 2009 et 2010. Il insiste également sur le fait qu'Armstrong avait bien forcé ses coéquipiers à se doper, contrairement à ce qu'il a dit lors de ses aveux : "C'était le boss, il est clair qu'Armstrong était un des meneurs d'une conspiration qui a permis de tromper des millions de fans et ses concurrents".

Travis Tygart a indiqué à CBS qu'il avait fixé la date butoir du 6 février à l'ancien cycliste américain pour qu'il vienne s'expliquer sous serment devant les autorités antidopage en échange d'une possible réduction à huit ans de la suspension à vie qui l'empêche de prendre part à des compétitions sportives.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.