Cet article date de plus de neuf ans.

La France éliminée, le Tour peut commencer

Les coureurs français du peloton ont été nombreux à regarder le match entre la France et l'Allemagne. Et à la fin de la rencontre après l'élimination, les sentiments étaient mitigés.
Article rédigé par Baptiste Schweitzer
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
  (L'équipe Bretagne Séché regarde le match ensemble © RF/BS)

Dans la salle de restauration de leur hôtel, transformée en salle de projection, les coureurs de la formation française Bretagne-Séché arrivent au compte-goutte. Le quart de finale entre la France et l'Allemagne débute à 17 heures, heure anglaise. Et en cette fin d'après-midi pluvieuse de nombreux coureurs sont encore au massage.

L'un des cyclistes de cette équipe, Arnaud Gérard est pourtant rapidement là. Le foot, il aime ça. Et regarder le match est "un bon moyen d'évacuer la pression avant le début du Tour" . Pas certain que cela marche car les coureurs, une fois installés, ne suivent la rencontre que d'un œil. Le principal sujet de conversation reste la course qui débute samedi. Brice Feillu, le leader de la formation se préoccupe ainsi du nouveau capteur qu'ils viennent de recevoir. Il s'agit de bien maîtriser avant le départ ce nouvel outil qui leur donnera un maximum d'informations sur le vélo.

"Beaucoup de ferveur" déjà dans le Yorkshire

Durant le match, il n'y a pas de cris d'encouragements, pas non plus de déception évidente après l'ouverture du score puis la qualification de l'Allemagne. L'élimination de la France serait presque une bonne nouvelle pour les Français du peloton . "Il ne s'agit pas de se réjouir du malheur des autres ", souligne Benoît Jarrier l'un des jeunes coureurs de l'équipe. "Mais c'est vrai que si la France avait été qualifiée pour les demi-finales, on aurait beaucoup parlé de football en France et moins de vélo ", explique-t-il.

Ici, à Leeds dans le Yorkshire lieu de départ de ce 101e Tour de France, le football est déjà bien loin. L'Angleterre a été éliminée dès le premier tour de la compétition. Le cyclisme, lui, est très présent. "Il y a déjà beaucoup de ferveur ", remarque Benoît Jarrier.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.