L'UCI retire ses sept Tours de France à Armstrong, convaincu de dopage

L'Union cycliste internationale (UCI) a suspendu à vie Lance Armstrong qui perd tous ses titres dont ses sept victoires dans le Tour de France. Une décision dans le sillage du rapport cinglant de l'agence américaine antidopage (Usada) accusant le coureur texan de dopage systématique. Dix ans de cyclisme viennent de s'envoler.

(Christinne Muschi Reuters)

"Armstrong n'a aucune
place dans le cyclisme".
La phrase est de Pat McQuaid, le président
de l'UCI qui poursuit : "L'affaire Armstrong est la plus grave de l'histoire de ce sport." Dix ans de cyclisme et un palmarès extraordinaire viennent de s'envoler.

Lance Armstrong perd tous ses titres

Cette fois, le dossier Armstrong est classé, pour le
volet sportif tout au
moins. L'Union Cycliste Internationale suspend le coureur Texan à vie. Lance Armstrong perd tous ses titres, dont ses
sept Tour de France.

Le coureur Texan avait commencé sa carrière en 1992 et avait remporté en 1993 sa première étape du Tour à Verdun. Il était devenu cette année là champion du monde à Oslo. Envolé.

L'Usada avait fourni un rapport accablant
sur Armstrong

L'Agence américaine antidopage avait déjà suspendu
le champion américain à vie, après avoir établi que Lance Armstrong
avait été au coeur d'un vaste programme de dopage durant toute sa
carrière. L'UCi a étendu la sanction au monde entier. Le chef de l'UCI
s'est dit "écoeuré" en lisant le rapport de plus de 1.000 pages.

Avec
ce verdict de l'UCI, Travis Tygart, le Floridien à la tête de l'Agence
américaine antidopage, l'a donc emporté sur le Texan, ami personnel de
George W. Bush.

Le monde du cyclisme réagit

Le monde du cyclisme ne semble pas vraiment surpris de la sanction
infligée à Lance Armstrong. "On s'y attendait, il n'y avait pas d'autre
solution"
, explique Jean-René Bernaudeau, manager de la formation
Europcar.

Les coureurs, eux aussi, réagissent. C'est une page qui se tourne avec la chute d'un champion qu'ils ont parfois cotoyé. Pour Pierre Rolland, coureur de la formation Europcar et double vainqueur d'étape du le Tour de France, "c'est une nouvelle ère qui commence" .

Le président de l'Union cycliste internationale
(UCI), Pat McQuaid, a déclaré lundi qu'il n'avait "pas l'intention de
démissionner"
malgré les critiques à l'encontre de sa fédération
pour son action passée à l'égard du coureur texan. Il a "formellement" démenti avoir couvert Lance Armstrong.

"Si
je dois m'excuser de la part de l'UCI, je le fais, pour n'avoir pas pu
détecter tous les coureurs dopés." (Pat McQuaid, président de l'UCI)

Le
début du calvaire ?

Lance Armstrong a gagné le Tour de France
sept fois d'affilée, entre 1999 et 2005. Le héros survivant d'un cancer
des testicules restera officiellement comme un coureur dopé aux
injections d'EPO, aux transfusions sanguines et aux pilules de
testostérone.

Roi déchu, Lance Armstrong risque surtout désormais
de se retrouver un roi nu. La semaine passée, trois de ses sponsors,
dont son équipementier Nike, l'avait abandonné. Il avait dû
lâcher la présidence de sa fondation Livestrong contre le cancer. Et des
poursuites pour parjure pourraient le conduire devant les tribunaux,
pour avoir menti lors de l'enquête fédérale pour dopage le visant.

"Cela
a été mieux, mais ça a été pire aussi"
, avait-il concédé dimanche,
devant 4.300 cyclistes venus à Austin pour une course amateur en faveur
de son association. Dans un discours de 90 secondes. Sa dernière
intervention publique.