Cet article date de plus de sept ans.

Jens Voigt : doyen et "parfait soldat" du peloton

PORTRAIT | À bientôt 42 ans (le 17 septembre prochain), Jens Voigt est le doyen du peloton mais il reste encore au top de sa forme. Présent sur le Tour depuis 1998 le coureur de la Trek collectionne les records.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (Jens Voigt se montre toujours disponible avec les fans © MAXPPP)

Quand on lui demande une interview en Français, l'Allemand Jens Voigt sourit timidement. Et quand, pour l'amadouer, on lui rappelle qu'il parle parfaitement la langue de Molière, il lance dans un français nickel à peine mâtiné d'un accent d'outre-Rhin "parfaitement pour vous foutre de moi ". Puis il part dans un grand rire.

Car Jens Voigt est comme ça, naturel, détendu, charmant. Apprécié du public, il n'est jamais avare d'une photo ou d'un autographe mais aussi du peloton et de ses coéquipiers, ses différents leaders n'ont jamais eu à se plaindre de son attitude. Bien au contraire. Sur son blog, le coureur allemand se définit comme "le parfait soldat ". "Je ne suis jamais malade, jamais blessé. Je n'ai pas besoin d'un vélo spécial. Je ne me plains pas parce qu'il me manque ma boucle d'oreille. Je monte sur mon vélo et je dis 'oui monsieur '".

Sans véritable spécialité mais très bon partout, Jens Voigt a toujours accompagné les meilleurs quitte à se sacrifier. Promis à une victoire d'étape, il lui est déjà arrivé de se relever pour attendre son patron. Et à bientôt 42 ans, il fêtera son anniversaire le 17 septembre prochain, Jens Voigt continue d'attaquer toujours et encore. Il l'a montré lors de la première étape du Tour en animant une belle échappée.

"Taisez-vous les jambes", un cri de ralliement

 ("Shut up legs", "taisez vous les jambes", cri de ralliement des fans de Jens Voigt © RF/BS)

Mais la caractéristique principale de l'Allemand est sa capacité à endurer la souffrance, à forcer ses jambes à continuer de pédaler alors qu'elles le supplient d'arrêter. Ce masochisme est d'ailleurs devenu sa marque de fabrique, un cri de ralliement de tous ses fans. Sur internet et les réseaux sociaux fleurit le hashtag #shutuplegs, "Taisez vous les jambes".

Des jambes qui, lui même le dit, tournent moins bien qu'avant même si elles répondent toujours présentes.  "C'est certainement plus difficile qu'au début. Ce n'est pas facile d'être plus âgé. Les choses deviennent plus difficiles. Il faut faire attention à tous les petits détails : la récupération, ce qu'on mange..." , explique à France Info le champion allemand.

Son moteur, dit-il, c'est sa passion pour son sport. "J'ai encore senti l'amour pour le vélo et j'ai encore envie de faire mon boulot ", détaille le coureur de l'équipe Trek qui participe à son 17e Tour de France. Et qui en profite pour collectionner les records : celui du coureur le plus âgé à disputer la Grande Boucle depuis la fin de la deuxième Guerre Mondiale, celui du plus grand nombre de participations (un record codétenu par l'Américain George Hincapie et l'Australien Stuart O'Grady). Il a également été le premier Allemand à porter le maillot de meilleur grimpeur en 1998... Sur le Tour il a remporté deux étapes.

"J'ai promis à ma femme que c'était mon dernier Tour"

Cette année, jure-t-il, c'est bien la dernière fois qu'on le verra sur les routes de France au mois de juillet. Une décision personnelle pour ce père de six enfants : "Ma femme sait que c'est à moi de dire 'stop' : si elle me dit arrête, elle sait que ça va causer des problèmes. Elle me dit juste : 'j'aimerai bien que tu arrêtes un jour' . Et je lui ai promis que c'était mon dernier Tour. " Le problème, c'est qu'il l'avait déjà dit l'an dernier.

Sur cette 101e édition du Tour de France, Jens Voigt avait deux missions : aider le leader de l'équipe Trek, Fränk Schleck, mais aussi entourer le benjamin de l'épreuve, Dany van Poppel. Ce dernier a abandonné. Mais au delà de ses missions de parfait gregario, Jens Voigt espère aussi disposer un bon de sortie pour pouvoir jouer sa carte personnelle sur une étape. Et briller une dernière fois sur les routes de ce Tour qu'il aime tant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.