Haïti dans la crainte d'un lourd bilan

Au lendemain du violent séisme qui a frappé la région de la capitale haïtienne, Port-au-Prince, le nombre de victimes est encore très incertain. Mais le pays s'attend à un lourd bilan : ainsi, le premier ministre haïtien craint qu'il y ait "plus de 100.000 morts".

(Radio France © France Info)

Actualisé à 19h

PREMIERS BILANS A L'ONU :

Dans la confusion qui règne sur le terrain à Haïti, les premières victimes recensées appartiennent à l'ONU. Plusieurs pays ont annoncé des morts au sein du contingent qu'ils ont envoyé dans le cadre de la mission des Nations-Unies, la Minustah, qui compte environ 10.000 personnes, dont 7.000 soldats de la force de stabilisation.

Ainsi, au moins onze casques bleus brésiliens ont été tués lors du séisme d'hier soir. Les Jordaniens comptent trois morts et 21 blessés, les Chinois ont annoncé que huit des leurs avaient trouvé la mort et 10 étaient portés disparus. Des bilans encore provisoires, qui laissent seulement augurer de l'ampleur de la catastrophe.

Par ailleurs, les plus vives inquiétudes entourent le sort du patron de la mission de l'ONU, le Tunisien Hebi Annabi. Selon le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, il serait mort dans l'effondrement du quartier général de la Minustah, à Port-au-Prince, ainsi que tout son entourage.
_ Les Nations-Unies sont aussi sans nouvelle du personnel de leurs agences d'aide humanitaire disséminées dans la capitale haïtienne. Entre 115 et 200 membres expatriés de l'ONU sont portés disparus ce soir.

RECENSEMENT DES ÉTRANGERS :

Chaque pays tente de recenser ses ressortissants sur place. Environ 1.500 Français vivent en Haïti, dont 1.200 dans la capitale. Une soixantaine d'entre eux s'est rassemblée à l'ambassade, endommagée mais non détruite. Les autres n'ont pas encore donné de nouvelles. Les difficultés de circulation et de communication expliquent en partie ce silence, mais “ce serait un miracle si aucun Français n'était touché”, prévient le secrétaire d'Etat à la coopération, Alain Joyandet.
_ Les ambassades attendent aussi des nouvelles, des résidents de l'hôtel Montana, le lieu où descendent habituellement les touristes. Une centaine de clients se sont fait connaître sur 300. L'espoir serait faible pour les 200 autres, craint Alain Joyandet, qui se rendra sur place samedi.

A noter, en ce qui concerne les Français, que les personnes ayant des proches en Haïti peuvent joindre le numéro habituel de la cellule de crise du Quai d'Orsay: 01 45 50 34 60.

INNOMBRABLES VICTIMES DANS LA POPULATION :

Pour les victimes haïtiennes, les plus nombreuses, aucune évaluation n'est pour l'instant disponible. Mais le bilan pourrait être lourd : le président René Préval redoute "des milliers de morts". Quant au premier ministre, Jean-Max
Bellerive, il craint lui "plus de 100.000 morts".

Dans les décombres, les habitants survivants et les secours qui ont pu s'organiser découvrent sans cesse de nouveaux morts et des blessés, éparpillés dans les bâtiments effondrés.
_ Dans l'agglomération de Port-au-Prince, qui compte quatre millions d'habitants, les maisons, les églises, les hôpitaux, les marchés, les écoles, les universités et nombre de bâtiments publics, y compris des ministères et le palais présidentiel, ont été durement éprouvés. Les destructions sont innombrables.


Ca et là émergent quelques indications. MSF par exemple, indique avoir accueilli 600 blessés dans ses centres de soins. Frank Williams, de l'organisation humanitaire World Vision, a expliqué que de nombreuses artères étaient bloquées par des bâtiments effondrés. “Il y a des secours prépositionnés dans différents endroits du pays, mais le défi va consister à les acheminer à ceux qui en ont besoin”, a-t-il observé.
_ La Croix Rouge a annoncé qu'elle se préparait à venir en aide à “un maximum de trois millions de personnes”, ce qui ne signifie pas que le nombre de sinistrés ne sera pas plus important.

APPELS A LA SOLIDARITE :

Face à l'ampleur annoncée de cette catastrophe, les appels à la solidarité et à la générosité se font entendre tout autour du monde. Le pape Benoît XVI a ordonné la mobilisation immédiate du réseau caritatif de l'église catholique. Les ONG sont également mobilisées, comme Action contre la faim, Médecin sans frontières, Médecins du monde, pour n'en citer que quelques-unes.

Les appels aux dons en faveurs pour les opérations de secours et les futurs sinistrés se multiplient aussi, venus de toutes parts. Un exemple parmi d'autres, Radio France s'associe avec France Télévision à l'appel de la Fondation de France et invite les auditeurs et internautes qui le souhaitent à envoyer des dons à l'adresse suivante : Fondation de France, BP 22, 75008 Paris. Les chèques devront être libellés à l'ordre de Fondation de France - solidarité Haïti. Un site internet permet aussi de donner : http://www.fondationdefrance.org/.