Thomas Voeckler sur Thibaut Pinot : "il est trop tôt pour remettre en cause la suite de sa carrière"

Après l'annonce du forfait de Thibaut Pinot sur le Tour d'Italie, Thomas Voeckler s'est montré optimiste pour la suite de la carrière du coureur français.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (FRED TANNEAU / AFP)

Thomas Voeckler nous a livré son ressenti après le forfait de Thibaut Pinot sur le Giro, annoncé par son équipe Groupama-FDJ ce samedi 24 avril. Pour le sélectionneur de l'équipe de France, "il est trop tôt" pour affirmer que le meilleur de la carrière du Franc-Comtois est à présent derrière lui.

Thibaut Pinot vient d’annoncer son forfait pour le Giro alors que c’était son objectif de la saison, pensez-vous que cette nouvelle désillusion soit "décisive" pour la suite de sa carrière sur un point de vue moral ?
Thomas Voeckler : "On peut faire beaucoup de suppositions, mais on n'est pas à sa place ni dans sa tête. Ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas une bonne chose, en revanche, il est trop tôt pour remettre en cause la suite de sa carrière. Il a fait partie des sportifs de haut niveau, c’est un coureur cycliste et donc obligatoirement très fort moralement. Maintenant, il ne faut pas se le cacher, c’est quand même compliqué depuis le Tour de France l’an dernier. Pour avoir échangé avec lui, c’est très frustrant car son niveau de performance n’est pas remis en cause mais c’est bien son dos, donc sa santé, et malheureusement la solution n'a pas encore été trouvée. On pensait que c’était l’année parfaite pour changer un peu après deux désillusions sur le Tour de France où il a vraiment entrevu la victoire, mais en fin de compte, ça ne marche pas."

Après cette chute, peut-on dire que le meilleur de sa carrière est maintenant derrière lui ?
TV : "Il est trop tôt pour le dire. S’il avait 33 ans, je pourrai vous répondre oui. Mais là, il en a 30, il a fait des belles saisons, et il a toujours couru de manière très réfléchie dans sa programmation de courses. Ce serait arrivé dans trois ans, j’aurai été plus inquiet, là bien sûr je le suis parce que ça fait des mois qu’il a mal au dos, mais vu qu’il a gardé de l’activité depuis cette chute, vu qu’il a quand même pu s’entraîner et que c’est vraiment à haute intensité qu’il n’a pas réussi à s’exprimer, ce n’est pas comme si il avait eu un an d’arrêt. Si ses problèmes de dos sont résolus, je pense qu’il reviendra très vite au premier plan."

"La Vuelta, c'est déjà beaucoup plus envisageable"

Selon vous, par quoi sa rédemption peut-elle passer ?
TV : "Faire appel aux meilleurs spécialistes, et ce n’est pas si évident. Explorer pourquoi pas des nouvelles techniques qui existent. Il y en a peut-être qui sont moins répandues. Je ne connais pas son suivi médical, mais je pense qu’il faut vraiment tout tenter pour qu’il soit soigné."

Peut-on imaginer une participation au Tour de France (26 juin-18 juillet) ou à la Vuelta (14 août-5 septembre) cette année, ou au contraire, une saison blanche est-elle la meilleure solution pour qu’il puisse repartir ?
TV : "Ça dépendra de son dos. Vu le timing, je pense que ce serait un miracle pour le Tour de France étant donné que son dos n’est toujours pas soulagé, même avec des périodes de repos. Le Tour de France en timing, c'est impossible, le temps de se soigner, de revenir en condition, ce ne sera pas suffisant. La Vuelta, en revanche, c’est déjà beaucoup plus envisageable."

En quoi une blessure de la sorte peut-elle remettre en cause la suite de sa carrière ?
TV : "Si malheureusement dans les deux ans qui viennent il n’y a pas de solution à ce problème qui intervient depuis maintenant septembre 2020, je pense qu’il faudra qu’il se pose des questions. Car, s'il a épuisé toutes les solutions et qu'il a un mal incurable pour être à 100% de son potentiel et n'arrive qu'à 85%, 90%, ce qui n’est pas suffisant à très haut niveau, la décision sera prise d’elle-même. Si son dos ne va pas mieux, et qu’il n'est pas à 100%, il ne pourra pas faire du vélo à haut niveau, ça c’est sûr."

Pinot s'est déjà montré très déterminé à revenir, est-ce la preuve que c’est un battant et qu’il fera tout pour se relever ?
TV : "La preuve, il l'a déjà apportée les fois où il s’est relevé après des défaites où quand il s’est imposé sur des courses ou des classements généraux, ou sur le Tour où il a bagarré pour la victoire. La preuve, pour moi, il l’a déjà apportée, il n’a rien à prouver à qui que ce soit, il doit juste se refaire une santé, c’est le principal et ce n'est pas si simple."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.