Cet article date de plus de deux ans.

Giro 2019 : Ewan le plus rapide dans la 8e étape

Caleb Ewan s'est adjugé au sprint la 8e étape du Tour d'Italie, la plus longue ce cette 102e édition avec 239 kilomètres parcourus entre Tortoreto Lido et Pesaro. L'Australien devance sur la ligne l'Italien Elia Viviani et l'Allemand Pascal Ackermann qui s'est fait enfermer. Le Français Arnaud Démare doit se contenter de la 6e place. Valerio Conti garde le maillot rose de leader. A noter que les organisateurs avaient finalement refusé de neutraliser les temps à six kilomètres de l'arrivée, malgré une dernière descente considérée comme dangereuse en cas de pluie.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (LUK BENIES / AFP)

Il y a finalement eu plus de peur que de mal dans le final de cette huitième étape. Certains directeurs sportifs craignaient que la pluie annoncée rende encore plus dangereux les derniers mètres de ce finish comprenant un virage très serré. Finalement la pluie ne s'est pas invitée, et les coureurs se sont montrés suffisamment habiles pour éviter la chute. S'il y a bien eu quelques tentatives du côté des baroudeurs, avec notamment une échappée de trois coureurs dont le Français François Bidard, tout s'est joué comme prévu au sprint. Et à ce petit jeu, c'est l'Australien Caleb Ewan qui a eu le dernier mot, devant Elia Viviani et Pascal Ackermann.

L'étape a été longtemps ouverte par deux baroudeurs habitués d'échappées au long cours, les Italiens Marco Frapporti et Damiano Cima, partis dès les premières minutes de course. Frapporti, le dernier à résister, n'a été rejoint qu'à 31 kilomètres de l'arrivée. Depuis le début du Giro, l'Italien a déjà parcouru plus de... 600 kilomètres en échappée. Un trio (Ciccone, Bidard, Vervaeke) s'est dégagé ensuite sur les routes glissantes à cause de la pluie qui est tombée par intermittence. Mais le premier peloton est parvenu à faire la jonction avant la descente vers Pesaro, à 6500 mètres de la ligne.

Ewan, un petit gabarit de 1,65 m pour 67 kg, s'est imposé pour la deuxième fois dans le Giro. L'Australien, 24 ans, a enlevé son quatrième succès de la saison, à chaque fois au niveau WorldTour. Conti abordera en rose la 9e étape, un "chrono" individuel entre Riccione et Saint-Marin. La route grimpe légèrement sur les 22 premiers kilomètres avant que la pente s'accentue sur la partie finale (6,5 %) pour arriver dans la plus ancienne république d'Europe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Giro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.