Dopage : les sénateurs opposent une fin de non recevoir aux coureurs du Tour

Les sénateurs français ont répondu samedi soir aux représentants du peloton, qui ont rencontré la ministre des Sports le matin-même, demandant le report de la révélation des noms de coureurs contrôlés positifs lors du Tour de France 1998. Le rapporteur PS de la commission d'enquête parlementaire sur la lutte antidopage, Jean-Jacques Lozach, a été clair, sur France Info : "Je dis simplement 'qu'on nous laisse tranquilles !'".

(Maxppp)

La réponse n'aura pas tardé. Samedi matin, une délégation de coureurs du Tour de France, dont les Français Jérémy Roy et Samuel Dumoulin, a rencontré la ministre des Sports Valérie Fourneyron. Le but de cette rencontre : exprimer le ras-le-bol du peloton face à l'assimilation courante entre cyclisme et dopage.

Visée notamment, la commission d'enquête sénatoriale sur la lutte antidopage, qui compte publier le 18 juillet prochain, soit en plein Tour de France, et le jour d'une étape prestigieuse à l'Alpe-d'Huez, une liste de 44 coureurs contrôlés positifs à l'EPO en 1998, sur la Grande Boucle.

Le rapporteur de cette commission Jean-Jacques Lozach, sénateur PS, a répondu aux coureurs, sur France Info, estimant "complètement déplacée toute ingérence dans les travaux d'une commission d'enquête parlementaire quelle qu'elle soit ".

Quelques heures plus tôt, Samuel Dumoulin avait pourtant insisté : "C'était la génération d'avant, ce n'est pas nous ". Mais rien n'y a fait ; plusieurs noms sortiront donc le 18 juillet prochain. Le premier, révélé par le journal L'Équipe le 24 juin dernier, a déjà fait beaucoup de bruit : celui de Laurent Jalabert.