Daniel Mangeas, la voix du Tour, fait ses adieux à la Grande Boucle

Il est depuis 1974 la voix du Tour, celle qui commente l'arrivée. Daniel Mangeas a vécu cette année sa dernière Grande Boucle. À 65 ans, il a décidé de laisser la place. Quarante ans, donc, après ses débuts.

(Daniel Mangeas, la voix du Tour, vit sa dernière Grande Boucle © RF/Jean-Marie Porcher)

L'histoire d'amour entre Daniel Mangeas et le Tour de France a débuté en 1974... par hasard, comme souvent les histoires qui durent. "L'étape partait d'Espagne pour Saint-Lary-Soulan. À l'époque, je roulais dans une super voiture climatisée et là, on me dit que le speaker officiel est tombé en panne et que je dois aller commenter l'arrivée au Pla-d'Adet. Je m'en rappelle comme si c'était hier. C'est Raymond Poulidor qui avait gagné. "

Deux ans après, il devient le speaker officiel du Tour "je dois en être à 860 étapes commentées ", sourit-il. Daniel Mangeas est un amoureux du vélo, des coureurs et des gens. "C'est ça le style Mangeas, témoigne Raymond Poulidor, c'est l'amour du vélo. Il fait ça pour son plaisir. "

"Le charisme de Merckx m'a impressionné"

Sur la ligne d'arrivée, il passe son temps à serrer des mains, à claquer des bises. Et quand on parle avec lui, les anecdotes se succèdent encore et encore, sur les cyclistes, qu'il connait sur le bout des doigts et qui le connaissent par cœur. En plein entretien Alejandro Valverde n'hésite d'ailleurs pas à faire un détour pour venir lui serrer la main.

À 65 ans, Daniel Mangeas est resté proche des cyclistes des années 70 et 80. Bernard Hinault, Raymond Poulidor, Bernard Thévenet. "Mais il y en a un qui m'a vraiment marqué, c'est Eddy Merckx et son charisme. Je me souviens, en 1974, on entendait un murmure qui avançait au même rythme qu'un coureur. C'était Merckx. À l'époque, tu avais l'impression que les gens regardaient quelqu'un inaccessible. "

"Merci Pierre Bachelet"

L'arrivée de la 19eme étape commentée par Daniel Mangeas
--'--
--'--

Sur la ligne d'arrivée, sa voix retentit dans les haut-parleurs sur les derniers kilomètres. Et elle est reconnaissable entre toutes. "Une fois, j'étais dans un magasin de vêtements avec ma femme. Je me mets à parler. Et là, la vendeuse me dit 'c'est vous qui commentez le Tour' ". Une voix unique donc et un physique qui a déjà occasionné quelques quiproquos. Il en rit encore en le racontant : "Un jour, je discutais avec Jean-René Bernaudeau. Une famille s'approche, me met un bébé dans les bras et prend une photo. Ils me disent ensuite 'vous êtes vachement sympa monsieur Pierre Bachelet'. Je n'ai pas osé les contredire et je suis parti. "

Ce dimanche, Daniel Mangeas a commenté sa dernière arrivée sur les Champs-Élysées. Sans nostalgie jure-t-il. "D'autant que je vais continuer à commenter des courses et des critériums. C'est si j'avais tout arrêté d'un coup que cela aurait été difficile. " Et il commence déjà à penser au mois de juillet prochain "où pour la première fois en 40 ans, je serai en vacances. Je pourrais regarder le Tour à la télé avec mes petits enfants ". Le Tour, de son côté, va désormais devoir se trouver une nouvelle voix. Ce ne sera pas facile. "On ne remplace pas Daniel Mangeas, on lui succède ", assène Raymond Poulidor.