Cyclisme : les Françaises évoluant dans des équipes World Tour obtiennent le statut professionnel en France

Suite à un accord trouvé vendredi 15 janvier avec la Fédération française de cyclisme (FFC), les coureuses françaises disposant d’un contrat professionnel avec une équipe World Tour peuvent désormais obtenir le statut identique en France. Une grande reconnaissance mais aussi la perspective d’une vie plus normale.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (DE WAELE TIM / TDWSPORT SARL)

C’est une très grande avancée pour le cyclisme féminin français. Les coureuses cyclistes de haut niveau seront désormais reconnues comme des athlètes professionnelles. Alors qu'elles étaient seulement reconnues comme amateures en France, toutes les Françaises déjà professionnelles grâce à un contrat dans une équipe World Tour peuvent désormais accéder au statut de professionnel dans l'Hexagone, depuis le 15 janvier dernier. Ce nouveau statut est plus qu’une simple reconnaissance, puisqu'il va permettre aux athlètes de se recentrer pleinement sur leur sport et d’avoir une vie quotidienne plus proche de la normale en France.

La France se met au niveau de l’UCI

Grâce à cet accord avec effet immédiat obtenu avec l'appui de l’AFCC (Association Française des Coureures Cyclistes), l’ensemble des coureuses françaises disposant d’un contrat dans une équipe World Tour possède désormais une licence professionnelle et non amateure remise par la Fédération. Ce changement de statut en France suit un mouvement initié depuis l’année dernière dans le monde du cyclisme. L’UCI (Union Cycliste Internationale) avait fait un premier pas vers l’égalité homme-femme dans le monde du vélo en assurant une garantie bancaire et des salaires minimums aux coureuses possédant des contrats pro dans une des huit équipes mondiales.

Une quinzaine d’athlètes sont concernées par ce changement de statut dont la championne de France sur route, Audrey Cordon-Ragot, co-présidente de l'AFCC. La coureuse de l’équipe Trek-Segafredo s’est montrée très satisfaite de cette décision : "C’est d’abord la reconnaissance du cyclisme féminin pro en France et ça, c'est une grande avancée pour nous. Jusqu'à aujourd'hui, on signait encore des licences amateurs. Ça peut paraître un peu fou parce que j’estime être pro depuis pas mal de temps maintenant. J’avais l’impression de ne pas avoir évolué depuis mes rangs cadettes, d’avoir gardé le même statut d’amateur, sauf que j'estime aujourd’hui faire les mêmes efforts sportifs que les garçons et mériter d’avoir cette reconnaissance. C’est vrai que d’un point de vue sportif j’avais cette impression d'être sous considéré.", explique celle qui est également quadruple championne nationale du contre-la-montre. 

Plus de facilités au quotidien

Outre la reconnaissance et l’estime, cette nouveauté va changer la vie de ces athlètes au quotidien. "On n’avait pas de reconnaissance en tant que travailleur en France. On n’était personne, continue Audrey Cordon-Ragot. Jusqu’à il y a deux ans, j’ai toujours eu un travail ou un contrat pro à côté, un peu payé par la Fédération, un peu payé par la région, un peu payé par l’employeur. Ce sont des choses vraiment précaires qui permettaient d'être déclarée, d’avoir une assurance, de cotiser pour sa retraite et d’avoir une assurance maladie. Aujourd'hui, ça nous permet d’avoir une vie normale, de pouvoir se présenter dans une banque et faire un emprunt pour acheter une maison ce qui n’était pas le cas avant."

La Fédération, en attendant la Ligue

C’est l’été dernier que les premières discussions ont été engagées entre la Fédération et l’AFCC. "Je suis allée voir Michel Callot, président de la Fédération Française de Cyclisme (FFC) pour lui demander de tamponner les licences des filles qui ont déjà un contrat de travail professionnel, en attendant que la Ligue ouvre une section féminine, explique Marion Clignet, co-présidente de l’AFCC, avant d’ajouter : "Parce qu'elles ont un contrat de travail, elles sont déjà professionnelles !" 

La FFC n’a pourtant pas vocation à décerner des licences pro aux athlètes, ce rôle étant normalement dévolu à la Ligue Nationale de Cyclisme. "On a négocié avec la Fédération parce qu’il y a seulement quinze filles pro en France et la Ligue ne pouvait pas nous inclure pour l’instant, raconte l’ancienne championne de France. Une fois qu’il y aura plus de structures et d’équipes pro en France, la Ligue ouvrira une section féminine." Une question de temps donc, car l’un des objectifs est aussi d’attirer plus de filles, conclut Marion Clignet : "L’objectif, c’est que ça donne envie à des jeunes filles de se dire qu’elles peuvent faire ça en tant que métier."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.