Covid-19 : un sénateur appelle à des expérimentations d'un retour du public dans les enceintes sportives

Le sénateur (LR) Michel Savin a interpellé la ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu, souhaitant l'expérimentation d'un retour du public dans les enceintes sportives, à l'instar de ce qu'imagine le monde de la culture avec des concerts-tests.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Stade de Toulouse (TFC) lors d'une rencontre de Coupe de France, le 20 janvier 2021.  (FR?D?RIC SCHEIBER / HANS LUCAS)

Récemment réélu à la présidence du groupe d'études sur les pratiques sportives et les grands événements sportifs du Sénat, le sénateur (LR) Michel Savin a demandé à la ministre déléguée aux Sport, Roxana Maracineanu, de mettre en place une expérimentation pour permettre d’accueillir du public dans les enceintes sportives. "Les stades sont des lieux ouverts, ce qui constitue un avantage indéniable contre les contaminations, et les salles fermées respectent les mêmes normes que les salles de spectacle dont il est question", a fait valoir ce sénateur de l'Isère dans un communiqué publié mardi. Pour le Grenoblois, permettre de tels essais dans les stades et enceintes sportives serait un signal positif en direction du milieu sportif, en très grande difficulté, à cause de la crise due à la Covid-19. 

Michel Savin veut que Roxana Maracineanu prenne ses responsabilités

Alors que Roselyne Bachelot a annoncé la mise en place de concerts-tests à Marseille et à Paris visant à envisager la réouverture des lieux de spectacle si le contexte sanitaire le permet, Michel Savin demande à la ministre déléguée aux Sport Roxana Maracineanu de "s’engager dans le même sens" que la ministre de la Culture. Le sénateur de l'Isère s’étonne qu’une "expérimentation pour un concert debout à l’Accor Arena de Paris soit envisagée, et qu’à l’inverse, des rencontres sportives ne le soient pas dans ce type d’enceinte".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.