Cet article date de plus d'un an.

Coupe du monde 2022 : pas de matches en mars en Amérique du Sud !

La Confédération sud-américaine de football (Conmebol) a annoncé ce samedi 6 mars le report des matches de qualification à la Coupe du monde 2022 au Qatar prévus fin mars, à la suite du refus des clubs européens de libérer leurs joueurs sud-américains en raison de la pandémie de Covid-19.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Neymar avec le maillot brésilien lors d'un match contre le Pérou en octobre 2020. (DANIEL APUY / AFP)

Pas de retrouvailles entre Neymar et Messi. Prévu pendant la trêve internationale de mars, le choc entre le Brésil et l'Argentine n'aura pas lieu. Comme tous les autres matches sud-américains de qualification à la Coupe du monde 2022. La Conmebol l'a annoncé ce samedi, confirmant un report qui était dans l'air à cause de la pandémie.

"Cette décision est due à l'impossibilité de compter dans les temps sur tous les joueurs sud-américains", a indiqué la Conmebol dans un communiqué. Elle indique "étudier une reprogrammation" de ces 5e et 6e journées des qualifications de la zone sud-américaine avec la Fédération internationale (FIFA). De nombreux clubs européens, notamment anglais, ont refusé que leurs joueurs sud-américains se rendent en Amérique du Sud, alléguant qu'ils auraient à observer une quarantaine à leur retour.

La pression des clubs européens 

"Les clubs paient les joueurs, ce qui signifie que nous devons être prioritaires. On ne peut pas rendre tout le monde heureux à cette période de notre vie", a déclaré cette semaine l'entraîneur de Liverpool, Jürgen Klopp. L'Espagnol Pep Guardiola, qui dirige Manchester City, a estimé que "Cela n'a pas de sens si les joueurs partent avec leur équipe nationale et doivent ensuite s'isoler pendant dix jours à leur retour". L'entraîneur argentin du Paris Saint-Germain, Mauricio Pochettino, s'est montré plus mesuré en appelant à "une solution juste et équitable".

Pour les dix associations membres de la Conmebol, la présence de leurs joueurs européens est essentielle, à l'image de Neymar pour le Brésil, ou de Messi pour l'Argentine. Cette décision a été prise samedi lors d'une réunion entre la Conmebol, dont le siège est au Paraguay, et la FIFA. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.