Cet article date de plus de trois ans.

Coupe du monde 2018 : le Sénégal, au bon souvenir de 2002

Les Lions de la Teranga débutent leur Mondial russe ce mardi en affrontant la Pologne (17h). Placés dans le groupe H, avec la Colombie et le Japon, les Sénégalais ont un bon coup à jouer dans un groupe homogène. Avec une sélection remplie de talents à chaque poste, les Africains ont pour ambition de rallier les matches à élimination directe. Et peut être de faire mieux qu'en 2002, où la sélection avait rejoint les quarts de finale de la Coupe du monde.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (KHALED DESOUKI / AFP)

Un homme pour connecter deux époques, deux sélections. Faire le lien entre le passé et le présent. Aliou Cissé était le capitaine de l'historique formation du Sénégal de 2002. Le pays avait atteint le stade des quarts de finale, pour ce qui était sa première participation dans un Mondial.  Les Sénégalais avaient même battu la France, alors tenante du titre, lors du match d'ouverture (1-0). Cette épopée en Coupe du monde avait déchaîné les passions dans le pays de 10 millions d'habitants alors. 

Seize ans plus tard, Aliou Cissé n'a pas changé son costume de meneur de l'équipe africaine. Mais il est désormais le sélectionneur des Lions de la Teranga (pour ne pas confondre avec les Lions de la Cameroun). L'homme de 42 ans aux dreadlocks, arrivé à la tête du Sénégal en 2015, a permis à son équipe nationale de retrouver la saveur d'un Mondial. Car oui, le dernier remonte à 2002. Depuis, le pays a connu des saisons compliquées, sans qualification pour la plus grande des compétitions internationales. Et sans réelle performance en Coupe d'Afrique des Nations (quarts de finale en 2004 et 2017). 

Aliou Cissé lors de la préparation au Mondial. (ISSOUF SANOGO / AFP)

''On a bataillé pendant un an et demi pour pouvoir faire partie de cette fête du football mondial'', rappelle le coach sénégalais. Surtout que la qualification fut source de troubles.  Lors des qualifications en zone Afrique, le Sénégal a décroché son billet pour la Russie en battant l'Afrique du Sud (2-0), lors de la dernière journée. La première confrontation entre les deux équipes s'était soldée par une victoire des Sud-Africains (2-1), mais la rencontre a dû être rejouée à cause d'un penalty litigieux accordé par un arbitre suspendu à vie depuis les faits. Cette participation mondiale, le Sénégal la savoure. Le président du pays Macky Sall a même pris 12 jours de congés pour aller supporter la sélection.

2002 + 2018 = combo parfait ?

Aliou Cissé est d'ailleurs pas le seul ancien de 2002 présent dans le staff technique. L'ex-capitaine aboyeur des Lions a décidé de s'entourer de ses coéquipiers de l'époque pour diriger la nouvelle génération du Sénégal. Son adjoint est Omar Daf, ancien défenseur. Tony Silva est l'entraïneur des gardiens, le poste qu'il occupait durant sa carrière et ce Mondial 2002. Enfin, Lamine Diatta, ex-défenseur, tient le poste de manager de la sélection. Mais le sélectionneur refuse tout comparaison entre les deux équipes sénégalaises : "La mentalité a changé, l'éducation n'est pas la même. La génération 2002 a marqué son histoire et a procuré énormément de satisfaction et de bonheur. La génération 2018 est dans cette dynamique-là, ils veulent procurer du bonheur pour leur famille et le pays, j'ai énormément confiance en eux." 

Malgré tout, Sadio Mané, attaquant star de cette sélection sénégalaise pour la Coupe du Monde, estime que les anciens de 2002 sont bénéfiques à son équipe : "Le fait d’avoir Aliou Cissé, Omar Daf, Tony Sylva et Lamine Diatta des grands noms du football sénégalais, à nos côtés, est une chance. Ils nous encadrent et transmettent leur expérience. Maintenant, c’est à nous de reprendre le flambeau et d’écrire notre histoire".

Sadio Mané, l'étincelle

C'est d'ailleurs autour de Mané que l'équipe sera construite. Auteur d'une formidable année avec Liverpool (20 buts toutes compétitions confondues), le joueur formé à Dakar sera la principale arme offensive des Lions durant la compétition. Vitesse, dribble, sens du but, Sadio Mané affiche un profil dangereux pour n'importe quelle défense du Mondial. Et c'est surtout un nouveau type de joueur dans cette sélection : "Sadio, c'est un joueur unique qui n'a rien à voir avec ce qu'on a connu dans l'histoire du Sénégal, même si on a connu de très grands joueurs. Il a vraiment un style à lui", estime Aliou Cissé.

"Mais l'équipe n'est pas constituée seulement de Sadio Mané", prévient Aliou Cissé. Chaque poste est fourni en joueurs de talent. Outre l'attaquant des Reds, la liste des 23 est composée de Keita Baldé  (attaquant de Monaco), de Ismaïla Sarr (attaquant de Rennes) ou encore de Kalidou Koulibaly, pilier de la défense de Naples. Placés dans un groupe abordable (avec la Colombie, la Pologne et le Japon), le Sénégal a les moyens de finir premier de la poule. Leur aventure débute ce mardi face à la Pologne de Robert Lewandowski

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.