JO 2021 : la Fédération française de kayak saisit le TAS pour l'affaire Guillaume Burger

La Fédération française de canoë kayak (FFCK) a décidé de saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS) s'estimant injustement privée d'un quota olympique remporté par le kayakiste Guillaume Burger mais retiré par la Fédération internationale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le kayakiste tricolore Guillaume Burger (au premier plan) ne sait toujours pas s'il pourra disputer les Jeux Olympiques de Tokyo, cet été. (JEAN MARIE HERVIO / DPPI MEDIA)

Nouveau rebondissement dans l'affaire du kayakiste français Guillaume Burger, qualifié sportivement pour les Jeux Olympiques de Tokyo, mais privé d'y participer par la Fédération internationale en raison d'une erreur administrative. La Fédération française de canoë kayak a annoncé mercredi 9 juillet qu'elle allait porter l'affaire devant le Tribunbal arbitral du sort (TAS).

Dans un communiqué sur la liste des sélectionnés olympiques, dont fait partie Guillaume Burger, la Fédération française de canoë kayak (FFCK) précisait qu'en association avec le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), elle poursuivait l'affaire, "au juridique pour espérer récupérer ce quota supplémentaire". La Fédération a confirmé jeudi à l'AFP qu'il s'agissait bien d'une requête devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) et espère une réponse avant le départ pour Tokyo, prévu le 15 juillet pour la délégation française.

A la mi-mai, lors des dernières courses qualificatives pour les Jeux olympiques sur le bassin hongrois de Szeged, la France avait été autorisée à engager Guillaume Burger en K1-1000 m. Le natif de Schiltigheim (Bas-Rhin) avait pris la deuxième place de la finale, synonyme de quota, non nominatif, pour la France en kayak. Mais la Fédération internationale (ICF) avait retiré le quota à la France, arguant d'une erreur administrative, pour finalement valider le billet pour les JO à la Norvège, Lars Magne Ullvang ayant pris la troisième place.

Le TAS après une réponse négative du CIO

La FFCK, le CNOSF, mais aussi la Fédération internationale de canoë (ICF) pourtant coupable de cette erreur administrative, ont envoyé un courrier au Comité international olympique pour que la France et la Norvège obtiennent chacune une place en K1-1.000 m pour les Jeux de Tokyo (23 juillet-8 août). La réponse du CIO est revenue négative. La FFCK et le CNOSF ont donc décidé d'aller devant le TAS.

L'équipe de France a décroché trois places en kayak via les Mondiaux-2019, grâce à la 4e place de Maxime Beaumont en K1-200 m et la médaille de bronze de Cyrille Carré et Etienne Hubert en K2-1.000 m. Ces quotas n'étant pas nominatifs, la Fédération a décidé de sélectionner Guillaume Burger avec Beaumont et Hubert. En récupérant le quota remporté par Burger en K1-1.000 m, la France pourrait même récupérer une quatrième place en kayak, ce qui permettrait également aux Bleus de s'aligner sur le K4-500 m.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Canoë-Kayak

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.