Cet article date de plus de quatre ans.

"C'est vraiment un challenge et une performance" : le triathlon rassemble de plus en plus d'adeptes en France

Franceinfo a rencontré deux triathlètes, 28 et 78 ans, avant le triathlon de Paris, dimanche 30 juin, au parc de la Villette.

Article rédigé par franceinfo, Cécilia Arbona
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le départ de l'épreuve moyenne distance du triathlon du lac des Sapins, à Cublize, dans le Rhône, en juin 2019. (MAXIME JEGAT / MAXPPP)

C'est un record de participation pour le triathlon de Paris : dimanche 30 juin, au parc de la Villette, 4 800 concurrents doivent prendre le départ de cette épreuve qui mêle natation, cyclisme et course à pied. Deux formats de course sont proposés : le sprint (500 m de nage, 20 km de vélo, 5 km de course) et la distance olympique (1500 m de nage, 40 km de vélo et 10 km de course).

Cette discipline très exigeante, arrivée il y a 30 ans en France, connaît un succès incroyable : on compte aujourd'hui 54 845 licenciés dans le pays, soit une progression de 105% en dix ans. Il y a donc de nombreux triathlètes novices comme Florence, 28 ans. Cette habituée des courses à pied a choisi le triathlon pour se lancer un nouveau défi. "C'est vraiment un challenge et une performance, explique la jeune femme. Je ne nageais pas du tout le crawl à la base et je ne suis pas du tout à l'aise en eau libre. Souvent, on ne voit rien au fond, donc ça change complètement de la natation en piscine où tout est clair. Là, on ne sait pas sur quoi on va tomber. Pour le vélo, je n'avais aucune connaissance non plus."

En eau libre, il y a de la vase, de la boue, on ne voit rien. Tout le monde nage à fond autour. C'est assez violent.

Florence

à franceinfo

Ces sensations particulières, Claude, 78 ans, ne s'en lasse pas. Lui est un des pionniers du triathlon : "Quand j'ai commencé c'était embryonnaire. J'arrivais encore à finir à de bonnes positions. Ensuite, ça s'est démocratisé et ça c'est presque professionnalisé. Maintenant, tout le monde s'entraîne plusieurs fois par semaine !"

Malgré l'arthrose qui le freine aujourd'hui dans son effort, "Pépé Claude", comme on le surnomme, sera dimanche sur la ligne de départ au parc de la Villette. Comme à son habitude, il est arrivé la veille à Paris avec son fourgon spécialement aménagé et toute sa panoplie de triathlète : vélo, chaussures de running et maillot de bain.
Départ dimanche à 8 h.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.