Cet article date de plus de dix ans.

Weis abandonne définitivement les parquets...

Le pivot de Limoges Frédéric Weis, victime de douleurs récurrentes aux genoux, a annoncé la fin de sa carrière sur le site internet de son dernier club, le CSP Limoges. Ce pivot de 2,18 m comptait ainsi 100 sélections avec l'équipe de France avec laquelle, outre l'argent à Sydney, il a décroché le bronze à l'Euro-2005.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Fred Weis lors des JO de Sydney en 2000 entre les Américains Kevin Garnett et Jason Kidd

"J'ai eu beaucoup, trop même, de problèmes récurrents avec mes genoux et on  n'a pas trouvé de solutions. Au final le docteur m'a conseillé d'en rester là. On a essayé plein de traitements, des infiltrations. J'ai d'ailleurs dépassé largement le quota, alors ça suffit", explique le joueur de 33 ans. Dix jours après Laurent Sciarra, c'est donc un nouveau vice-champion olympique de Sydney qui tire sa révérence. Laurent Foirest devient le seul joueur qui a participé à l'aventure en 2000 à rester officiellement en  activité. 

Weis a, dans un premier temps, mis sa saison entre parenthèses pour une durée indéterminée mardi avant de se rendre à l'évidence le lendemain. Il aura disputé son dernier match de sa carrière à Beaublanc, sa salle, face à Roanne samedi. "Au vu des résultats des échos ce n'était plus la peine.  Je ne pouvais pas continuer comme ça. Me reposer la semaine et jouer le samedi. J'ai atteint les limites de mon corps", commente l'originaire de Thionville.

S'il quitte l'effectif, Weis compte cependant rester auprès de son équipe, lanterne rouge de ProA avec Vichy. "Je suis au service de l'équipe, du club. J'ai aidé physiquement le CSP depuis l'an dernier. Maintenant j'aimerai l'aider  autrement", dit-il.  Avant de commencer et de finir sa carrière professionnelle à Limoges, Weis a joué en Grèce, au PAOK Salonique, et surtout en Espagne pendant neuf ans, à  Malaga, Bilbao et Minorque.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Basket

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.