Cet article date de plus de six ans.

Le Mans respire un peu

Le Mans s'est donné un peu d'air après un début de Championnat difficile en s'imposant à Orléans (86-81), lors du dernier match de la 4e journée de ProA de basket.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Les Manceaux ont enfin gagné un match serré, après leurs deux défaites  initiales contre Rouen (61-63) et Dijon (79-80). Ce succès leur permet de  rééquilibrer leur bilan, avec deux victoires et deux défaites. Pour Orléans, battu pour la troisième fois de la saison, la situation est  en revanche préoccupante, alors que se profile dans une semaine un déplacement  délicat sur le parquet de Limoges, le champion de France. Menés pendant l'essentiel de la partie, les Orléanais ont laissé passer  beaucoup d'occasions de faire douter Le Mans, avec une réussite catastrophique  aux lancers francs (8 sur 18) et une mauvaise gestion de la dernière possession.

La première période a été relativement équilibrée, Le Mans étant trop  maladroit à longue distance (6 sur 22 au final) pour concrétiser sa supériorité  dans le jeu (41-36, 20e). Orléans a complètement raté son début de troisième quart-temps en lâchant  beaucoup de rebonds défensifs aux Manceaux qui ont pu placer leur jeu rapide  (58-45, 27e), avec un Charles Kahudi encore une fois excellent (20 points, 9  rebonds). Mais les locaux ont mieux fini ce quart-temps avec un 7-0 en 2 minutes qui  les a rapprochés à 56-61 (30e). Orléans a continué à faire le yoyo jusqu'à ce  qu'un tir primé de David Noël (15 pts, 7 rds, 4 passes décisives) ne ramène  l'espoir (78-80, 29e). Daniel Ewing (14 pts) a maintenu Le Mans en tête. A six secondes de la fin,  Kyle McAlarney (17 pts, 5 rds, 4 pds) sur un autre tir primé a ressuscité une  nouvelle fois Orléans (81-83). Mais comme un symbole de leur match sur courant alternatif, les Orléanais  ont perdu la balle sur la dernière possession, sans même pouvoir tenter un  ultime tir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pro A

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.