Playoffs NBA : les Warriors de Stephen Curry bien lancés, Boston déjà diminué… Le résumé de dimanche en trois points

Les premiers matchs des demi-finales de conférence ont offert deux petites surprises dimanche avec les victoires de Milwaukee et de Golden State à l'extérieur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Giannis Antetokounmpo (Milwaukee) monte au dunk contre Boston lors du premier match des demi-finales de conférence NBA, le 1er mai 2022. (STEVEN SENNE / AP)

Les demi-finales de conférence commencent fort. Après une saison régulière dense en haut de tableau et un premier tour de playoffs sans coup de théâtre, les premières affiches laissaient augurer de séries indécises. La première nuit l'a confirmé avec les succès de Milwaukee à Boston, et de Golden State à Memphis. Voici ce qu'il faut retenir de la nuit.

Le match : Milwaukee étouffe Boston dans sa salle

Le champion en titre a fait passer le message. Les Bucks, troisièmes de la saison régulière dans la Conférence est, se sont imposés avec autorité à Boston (101-89). La série ne fait que commencer et Milwaukee ne mène que 1 à 0, mais sa démonstration de force, a calmé les ardeurs des Celtics, dans le sillage de Giannis Antetokounmpo, maladroit mais omniprésent avec un triple-double à la clé (24 points, 13 rebonds, 12 passes). Jrue Holiday, excellent tout le match durant, a terminé meilleur marqueur (25 pts, 10 rebonds, 5 passes, 3 interceptions).

Milwaukee a non seulement pris le dessus sur la meilleure défense du championnat, mais elle a fait mieux encore, puisque sa force de dissuasion a fait la différence. Les Celtics ont été limités à 33,3% aux tirs, en envoyant pas moins de 50 tentatives de loin pour 18 réussites seulement. Jayson Tatum, contré deux fois de façon spectaculaire par Antetokounmpo, a fait les frais du traitement particulier qui lui a été réservé (21 pts à 6/18). Idem pour Jaylen Brown, muselé (12 pts, à 4/13, 9 rebonds).

C'est bien en prenant Boston à son propre jeu, tout en intensité et en dureté, que Milwaukee s'est imposé, comptant déjà une avance de dix points à la pause, qui a culminé à 17 au 3e quart-temps, sans fléchir en fin de match. "Nous devions les battre. Nous devions répondre présents ce soir, les contenir aussi fermement que possible, leur rendre la tâche aussi difficile que possible", a résumé Antetokounmpo, très déterminé, à l'image de ce dunk un peu fou après avoir fait rebondir le ballon sur la planche.

La tuile : Marcus Smart passe déjà deux fois à l'infirmerie

Avec l'absence pour toute la série de leur ailier All-Star Khris Middleton, qui soigne une entorse ligamentaire au genou gauche, on pensait les Bucks les moins bien lotis niveau santé. Mais dans ce match aux duels âpres, Marcus Smart (10 pts, 6 passes), élu meilleur défenseur de la ligue cette saison, a souffert physiquement. Un nerf pincé au niveau de l'épaule droite, après une prise de Jevon Carter, l'a obligé à se faire soigner avant la pause, et au troisième quart-temps il s'est fait mal à la cuisse droite.

Son entraîneur Ime Udoka a tenté de se faire rassurant en conférence de presse : "Il a pris quelques coups, je pense que le quadriceps l'a gêné plus que l'épaule mais il va jouer en dépit de beaucoup de choses." Avec leur chien de garde attitré diminué, les Celtics n'auraient pas la même force de frappe défensive pour tenter de freiner Milwaukee.

Le joueur : Jordan Poole brille encore, Golden State chipe le premier match à Memphis

Klay Thompson (15 pts, à 6/19), longtemps en difficulté, a été clinique pour faire repasser devant son équipe, d'un panier derrière l'arc, à 36 secondes du buzzer. Draymond Green a joué sa partition de grognard en se faisant expulser pour une faute flagrante à la fin du deuxième quart-temps. Mais si Golden State est allé chercher le match un de la demi-finale de Conférence ouest, sur le parquet de Memphis (116-117), c'est en grande partie grâce à Jordan Poole.

De nouveau en sortie de banc, Poole a été déterminant pour maintenir les Warriors à flot en première période, avant de participer à la remontée des joueurs de la Baie en deuxième. Il termine avec un record en carrière en playoffs (31 pts, neuf passes, huit rebonds), pour offrir un match plutôt mal embarqué aux visiteurs.

Car Morant n'a absolument pas démérité en face (34 pts, 10 passes, neuf rebonds, trois interceptions), soutenu par Jaren Jackson Jr (33 pts, 10 rebonds) au rendement offensif inattendu pour le défenseur qu'il est d'abord. Tractés par cette double locomotive, les Grizzlies ont mené de 13 longueurs au deuxième quart-temps. Avant que le show Poole et le gros passage de Stephen Curry (24 points) ne permettent à Golden State de compter à son tour une avance de dix unités à l'entame du quatrième.

Memphis est revenu, en vain, Ja Morant manquant le shoot de la victoire. "Nous avons gardé notre calme, on savait que le match durerait 48 minutes, a déclaré Curry. Vous devez trouver un moyen de gagner." Celui-ci portait le nom de Poole dimanche. Un bon signe, alors que les Warriors ont gagné leur douze dernières séries de playoffs après avoir remporté le premier match.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers NBA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.