Cet article date de plus de deux ans.

Draft NBA : 5 profils à suivre

Cette nuit, les 30 franchises NBA seront sur le qui-vive afin de sélectionner les jeunes joueurs qui composeront le paysage de la ligue dans les années à venir. La draft est avant-tout le moyen d'enclencher le levier de la reconstruction pour les franchises en difficulté. L'enjeu de la nuit sera aussi de scruter les ambitions des équipes majeures, capables d'échanger des anciens pour dénicher des pépites. A quelques heures de la draft, zoom sur cinq joueurs clés.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
  • Deandre Ayton, le colosse bahaméen 

Si la draft est par définition imprévisible, la sélection de Deandre Ayton par les Phoenix Suns en première position ne fait plus aucun doute. L’ancien pivot d’Arizona va faire son trou aux côtés de Devin Booker pour former un duo capable d’enclencher le projet de reconstruction des Suns. Son physique imposant, une mobilité précieuse et une palette offensive intéressante ; Ayton est prêt pour la NBA. A la fac, il tournait à 20.5 points et 11.9 points de moyenne et martyrisait les raquettes adverses. “Je sais que je vais être numéro 1. Personne ne me l’a dit, ça vient juste de moi.” déclarait, confiant, le géant de 2m15. La draft de cette nuit devrait lui donner raison.

  • Marvin Bagley III, de la dynamite dans les jambes

Les qualités athlétiques de l’ailier fort de Duke sont impressionnantes et une place dans le top 3 de la draft lui semble promise. “Deandre Ayton ne devrait pas être sélectionné avant moi” haranguait Bagley il y a quelques jours. Le pivot d’Arizona sera sans doute devant lui mais a toutes les raisons du monde pour éclabousser la NBA. Un rebondeur de folie et un coffre impressionnant mais une défense douteuse et manque de robustesse. Telles sont les caractéristiques de Marvin Bagley III. Chez les Kings, qui possèdent le deuxième choix, il pourrait s’épanouir, surtout depuis le départ de DeMarcus Cousins.

  • Luka Doncic, le maestro précoce

Champion d’Espagne. MVP de la Liga ACB. Vainqueur de l’Euroligue. MVP de l’Euroligue. Champion d’Europe avec la Slovénie. A 19 ans, Luka Doncic est un précoce. Titulaire avec le Real pour qui il a signé alors qu’il avait 13 ans, le meneur-arrière a déjà une sacrée expérience du haut niveau. Une vision du jeu hors du commun et des qualités de playmaker innées font de lui l’un des tops picks de cette draft. Certains scouts craignent que son physique le limite une fois l’Atlantique franchi.

  • Mohamed Bamba, un physique inédit

240 centimètres d’envergure. Mo Bamba est officiellement le plus grand joueur de l’histoire de la NBA les bras levés. Le pivot de Kansas est un phénomène physique. Le mélange explosif entre sa taille et sa mobilité peut faire très mal dans la ligue. “J’aurai un impact immédiat, je pense être le joueur le plus adaptable de toute la draft” a prévenu Bamba récemment. Il devra prendre du poids pour résister à l’impact physique des raquettes NBA mais c’est loin d’être la tâche la plus compliquée pour un rookie. S’il est un excellent protecteur de cercle, son impact dans la partie de terrain adverse est encore trop maigre.

  • Trae Young, la meilleure défense c'est l'attaque

Du shoot, de la passe et du talent plein les mains. Le meneur des Sooners d’Oklahoma va entrer en NBA par la grande porte. Annoncé entre la 5e et la 10e place, Young intéresse un paquet de franchises en quête d’un meneur offensif. Comparé à Stephen Curry, il a les qualités pour s’adapter à la NBA moderne. Sa taille (1m88) pourrait être un petit frein car ses capacités à défendre sur des gabarits plus grands est limitée et il pourrait prendre l’eau face à des joueurs plus athlétiques comme Russell Westbrook ou John Wall.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers NBA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.