Covid-19 : imbroglio autour de Kevin Durant, tenu de quitter un match NBA avant la fin

La star de Brooklyn Kevin Durant, empêché de débuter le match vendredi contre Toronto, car il faisait l'objet d'une enquête de traçabilité dans le cadre du protocole Covid-19, a ensuite été autorisé à jouer par la NBA avant d'être définitivement renvoyé au vestiaire.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
L'ailier des Brooklyn Nets, Kevin Durant. (ELSA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

C'est une scène auquel la NBA, habituel modèle d'organisation, ne nous avait pas habitués. Un rare imbroglio, conséquence du contexte délicat de la pandémie de coronavirus qui continue de sévir aux Etats-Unis, s'est déroulé entre les Brooklyn Nets et les Toronto Raptors dans la nuit de vendredi à samedi. La star de l'équipe new-yorkaise, Kevin Durant, a été renvoyé aux vestiaires durant le troisième quart-temps du match à cause d'une enquête de traçabilité dans le cadre du protocole Covid-19 dont il fait l'objet. Concrètement, KD était possiblement cas contact d'une personne positive.

Il ne devait pas démarrer la rencontre

La ligue nord-américaine de basket, qui a mis en place un protocole impliquant qu'un joueur potentiellement cas contact, et faisant donc l'objet d'une enquête de traçabilité, reste à l'écart de l'équipe, a décidé à quelques minutes du coup d'envoi que Durant ne pouvait pas commencer ce match. Puis quelques instants plus tard, il a été autorisé à jouer et est entré en jeu à la fin du premier quart-temps. Selon ESPN, citant des sources au sein des Nets, l'ailier avait été en contact avec une personne supposément exposée au coronavirus, mais après que cette personne eut passé des tests supplémentaires, il a été conclu que Durant pouvait jouer.

Coup de théâtre, au 3e quart-temps, ce dernier a été obligé de quitter le parquet du Barclays Center. Il a appris cette décision, stupéfait, alors qu'il était assis sur une chaise non loin du banc de son équipe et a regagné le vestiaire en jetant de colère une bouteille d'eau par terre.

"Le test passé par la personne avec laquelle Durant a interagi est positif"

La NBA a ensuite expliqué le contexte l'ayant amenée à prendre ces décisions contraires. Selon son porte-parole, Tim Frank, "Durant, qui a été testé négatif trois fois au cours des dernières 24 heures, dont deux fois vendredi, a interagi dans l'après-midi avec une personne ayant reçu un résultat de test non concluant peu avant le match." "Durant a donc d'abord été tenu à l'écart, pendant que le résultat de ce test était en cours d'examen, car selon les protocoles de santé et de sécurité de la ligue, nous n'exigeons pas qu'un joueur soit mis en quarantaine avant qu'un contact proche ait un test positif confirmé", a ajouté Tim Frank. Ce qui n'explique pas pourquoi Durant a néanmoins été autorisé à jouer.

Or pendant le match "le résultat du test passé par la personne avec laquelle Durant a interagi est revenu positif (...) Par excès de prudence, Durant n'a pas fini la rencontre", a conclu Frank, ajoutant que la ligue cherchait à présent à déterminer à quel point le joueur de Brooklyn a été en contact étroit avec la personne en question.

Si l'entraîneur Steve Nash n'a pas masqué sa circonspection face à la situation, déplorant que "c'est dur de perdre Kevin Durant deux fois dans le même match", ce dernier ne décolérait pas sur les réseaux sociaux, demandant sa "libération" sur Twitter ("Free me"). KD a contracté la Covid-19 l'an passé, alors qu'il était en rééducation après une rupture d'un tendon d'Achille. Il a repris le chemin des parquets, après 18 mois d'absence fin décembre, réussissant une remarquable entame de saison, avec une moyenne de 30,8 points par match, mais n'a donc pu empêcher la défaite des Nets contre les Raptors (123-117). Début janvier, il avait néanmoins dû déjà observer une première quarantaine de dix jours, soit trois matches manqués, pour avoir déjà été cas contact d'une personne ayant contracté le virus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers NBA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.