Cet article date de plus de six ans.

Les Bleus en quarts en tremblant

Au terme d'un match où elle s'est fait peur jusqu'au bout, l'équipe de France s'est qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe du monde en battant la Croatie 69-64. Prochain adversaire : l'Espagne qui s'est imposée face au Sénégal.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (La France s'est qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe du monde © DR)

On pensait que Vincent Collet faisait de l’esbroufe avant ce huitième de finale de championnat du monde espagnol, faisant des Croates un adversaire très sérieux pour les basketteurs français - "ça sera du 50-50", avait-il notamment martelé. Force est de constater que la physionomie du match a donné raison au coach des Bleus.

Certes, la France s’est imposée 69-64, mais la victoire a été longue à se profiler. Elle a même semblé compromise après un départ catastrophique et un avantage de huit points en faveurs des hommes de Jasmin Repesa à la fin du premier quart-temps (7-15). La gagne a ensuite paru actée alors que les coéquipiers de Boris Diaw étaient bien revenus dans le match. En fin de troisième quart-temps le tableau d’affichage donnait ainsi un avantage de +8, pour les Bleus (46-34).

Mais voilà, la France aime se faire peur et après une baisse de concentration inappropriée à ce niveau, les partenaires de Dario Saric ont pratiquement recollé. Si la jeune star des Balkans (20 ans) s’est révélée quasi inexistante à l’intérieur (4 points et 7 rebonds), c’est bien Ante Tomic qui a surnagé dans le dernier quart-temps, permettant aux siens de rester au contact. Le joueur du FC Barcelone a ainsi fini la rencontre avec 17 points et 6 rebonds, au compteur. Que retenir du match ?

Déjà, l’équipe de France a réalisé un très gros match en défense, même si les 27 points du sérial-shooteur Bojan Bogdanovic (meilleur marqueur de son équipe) peuvent laisser envisager le contraire. L’intensité défensive est la clef du basket de haut niveau. Sur ce point c’est donc plutôt satisfaisant. En revanche les leaders n’ont pas toujours tenu leur rang chez les Bleus au cours de la rencontre.

"C'est grâce à notre super défense" - Boris Diaw
--'--
--'--

En dehors du terrain, Boris Diaw a été impeccable poussant une véritable soufflante dans le premier quart-temps qui a fait du bien à ses coéquipiers quand rien n’allait. Mais dans le jeu, il s’est montré emprunté en attaque (3 points, 1/7 au tir). Idem pour Nicolas Batum. Ses 14 points masquent une absence criante de l’ailier des Portland Trail Blazers dans les moments cruciaux. Ce sont Thomas Heurtel (10 points) et Evan Fournier (13 points), sorti du banc, qui ont alors dû s’employer et prendre la taille patron lorsque la France se crispait, pour guider gentiment cette dernière à la victoire.

"Ce n’était pas forcément joli, résume d’ailleurs Fournier, l’arrière du Magic d’Orlando. En revanche, on va en quarts et c’était le minimum à atteindre ". Tout est dit, reste à élever le niveau de jeu pour affronter l'Espagne, qui s'est imposée samedi soir face au Sénégal (89-56).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.