JO 2016 : les cinq duels qui ont forgé la rivalité entre la France et l'Espagne en basket

Les deux équipes, qui s'affrontent mercredi en quart de finale, se sont rencontrées lors des phases finales des cinq grandes compétitions internationales. Retour sur des duels à chaque fois épiques.

Tony Parker, Boris Diaw et Rudy Gobert à la lutte avec Pau Gasol, lors de France-Espagne, en demi-finale de l\'Eurobasket 2015, à Lille (Nord).
Tony Parker, Boris Diaw et Rudy Gobert à la lutte avec Pau Gasol, lors de France-Espagne, en demi-finale de l'Eurobasket 2015, à Lille (Nord). (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Tony Parker l'avait promis il y a un an à ses coéquipiers : l'équipe de France retrouvera son éternel rival, la "Roja", aux Jeux olympiques de Rio"Les Espagnols, je suis sûr qu’on va les jouer l’année prochaine", assurait-il dans le vestiaire du stade Pierre-Mauroy à Lille (Nord), une médaille de bronze autour du cou, en conclusion de l'Eurobasket organisé à domicile pour les Bleus. Le destin, il est comme ça. J'ai le sentiment qu’on pourra prendre notre revanche [l'Espagne avait éliminé la France en demi-finale]."

Le meneur tricolore avait vu juste. La France affronte l'Espagne, mercredi 17 août, à 19h30, en quart de finale des JO. C'est la sixième fois en six ans que les Bleus se frottent à leurs voisins ibériques dans un match-couperet d'une grande compétition. Un classique, donc, nourri par une rivalité grandissante au fil des ans"On les déteste parce qu'ils sont forts, et ils nous détestent parce qu'on est forts et qu'on peut leur poser des problèmes", analyse l'ailier Nicolas Batum, avant les quarts.

Retour sur les cinq dernières confrontations entre ces deux équipes qui se sont rendues coup pour coup à chaque fois qu'elles se sont rencontrées.

En 2011, la finale perdue de l'Euro (98-85)

Cette année-là, le pivot Joakim Noah a rejoint l'équipe de France – ce sera en fait sa seule campagne sous le maillot bleu – et les Tricolores arrivent avec de grandes ambitions dans la compétition. Tony Parker, Nicolas Batum, Boris Diaw et leurs équipiers se hissent jusqu'en finale, synonyme de qualification pour les Jeux de Londres. Mais l'Espagne des frères Gasol, tenante du titre, domine largement les Bleus et rince les espoirs tricolores. Score final : 98-85. "La France est simplement tombée sur plus forte qu’elle", écrit Le Monde, en épilogue des championnats d'Europe de basket de 2011.

Pau Gasol face à Joakim Noah, en finale de l\'Eurobasket 2011, à Kaunas (Lituanie).
Pau Gasol face à Joakim Noah, en finale de l'Eurobasket 2011, à Kaunas (Lituanie). (JANEK SKARZYNSKI / AFP)

En 2012, l'élimination aux JO de Londres (66-59)

Nouvelle désillusion aux Jeux olympiques de Londres. En phase de poule, la "Roja" calcule et laisse notamment filer son match contre le Brésil pour tomber sur la France, qu'elle considère à sa portée, en quarts de finale, rappelle le magazine Reverse. Sur le parquet, les Bleus jouent pourtant les yeux dans les yeux avec leurs adversaires pendant 30 minutes. Ils mènent même jusqu'à la 35e minute, mais ils n'inscrivent que 6 points dans le dernier quart-temps. Rageant. Frustré par le vice des Espagnols, Nicolas Batum se rend coupable d'une vulgaire faute sur Juan Carlos Navarro en fin de match.

En 2013, la revanche des Bleus (75-72)

Un an plus tard, en demi-finale de l'Eurobasket organisé en Slovénie, les choses semblent inlassablement se répéter pour les supporters tricolores. La France accuse 14 points de retard à la pause. Mais Tony Parker, qui a tenu la baraque en première période, pousse une gueulante pour motiver ses coéquipiers. "Ils nous prennent pour des merdes", lâche-t-il. Un moment immortalisé par l'émission "Intérieur Sport", diffusée sur Canal + (à 12'42" dans la vidéo) :

Au retour des vestiaires, les Bleus réalisent peut-être la plus belle remontée de l'histoire du basket français et s'imposent en prolongations. Un exploit. Un chef-d'œuvre collectif. La revanche, enfin. D'autant qu'ils sont sacrés champions d'Europe dans la foulée.

En 2014, les Français en trouble-fête (65-52)

A Madrid, en 2014, la France crée à nouveau la surprise dans un quart de finale que personne n'imaginait tourner à l'avantage des Tricolores. Alors que la légende Pau Gasol est là, dans la perspective de disputer une grande finale contre les Etats-Unis, et que Tony Parker a, lui, passé son tour, les Bleus gâchent le Mondial organisé à domicile des Ibériques. Après avoir perdu en demi-finale face à la Serbie, les Français repartent d'ailleurs d'Espagne avec une médaille de bronze grâce à leur succès face à la Lituanie.

En 2015, les Espagnols gâchent l'Euro français (80-75)

L'année suivante, c'est la France qui organise l'Eurobasket et qui bénéficie du statut de favorite. "On va leur fermer leur p***** de bouche !", annonce l'intérieur Felipe Reyes, cité par le Huff Post, avant la demi-finale entre les deux équipes. Et la sélection espagnole, emmenée par un Pau Gasol inarrêtable (40 points), fait taire en prolongations les 28 000 spectateurs du stade Pierre-Mauroy, à Lille, au terme d'un match irrespirable. Un crève-cœur pour les Français, privés d'un doublé européen. La "Roja" s'est vengée.

A Rio (Brésil), les Bleus ont l'occasion de rééquilibrer leur bilan (2 victoires et 3 défaites) sur leurs cinq dernières rencontres face à leur meilleur ennemi. Ils pourront peut-être donner raison une dernière fois à Tony Parker, qui avait "le sentiment qu'ils prendront leur revanche". Car la star du basket français prendra une retraite internationale bien méritée après ces Jeux olympiques.