Basket : l'Asvel vient à bout de Monaco au terme d'un match 5 fou et s'offre un 21e titre de champion de France

Après un départ en trombe, le club de Tony Parker a tenu bon face au retour monégasque pour s'offrir un troisième championnat d'affilée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les joueurs de l'Asve Lyon-Villeurbanne célèbrent leur titre de champion de France, le 25 juin 2022 à Villeurbanne.  (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

L'Asvel ne veut pas lâcher son trophée ! Le club de Lyon-Villeurbanne a remporté un troisième titre de champion de France d'affilée, le 21e de son histoire, en s'imposant face à Monaco lors d'un match 5 asphyxiant (84-82) et après prolongation. Dans la chaleur de leur Astroballe, les joueurs de l'Asvel ont failli gâcher un départ canon. Ils ont retrouvé leurs esprits dans les dernières minutes du match pour finalement briser l'élan monégasque.

C'était la finale rêvée pour la Ligue nationale de basket. Un match 5 entre les deux meilleures équipes françaises et un scénario sous tension jusqu'au bout. L'Asvel a pourtant voulu tuer le match d'entrée, avec 17 points d'avance après huit minutes de jeu. Mais le toreador n'a pas achevé la bête blessée. Et doucement, point après point, Monaco est revenu dans le match. A la pause, les tenants du titre n'avaient plus que dix longueurs d'avance. 

Monaco, un retour presque parfait

Sous le regard de leur président Tony Parker, les joueurs de l'Asvel n'ont pas su inverser cette lente tendance dans le troisième quart-temps. Malgré un excellent Elie Okobo (20 points), ils ont vu la Roca Team revenir à un petit point d'écart. Absent du début de match, la star monégasque Mike James s'est réveillée (16 points). Grâce à deux paniers à trois points, il a même donné quatre unités d'avance à son équipe dès le début du dernier quart-temps. Un écart porté à huit points avec seulement quatre minutes à jouer. 

Mais niveau ténacité, l'Asvel n'est pas en reste. Au bord du gouffre, le double champion de France en titre a retrouvé son équilibre. David Lighty (9 points) et William Howard (15 points) ont ramené les leurs à portée de tir (67-68 à deux minutes de la fin). Dans des dernières minutes irrespirables, tout pouvait encore se jouer à une possession. Moins de dix secondes à jouer, un point d'écart et deux lancers francs pour Monaco. Un premier raté d'Alpha Diallo, un deuxième réussi.

Au tour de l'Asvel d'avoir une balle de titre, dans les mains de sa star Elie Okobo. Le Français pensait sans doute avoir fait le plus dur en allant chercher un superbe "and one" (deux points plus un lancer franc). Mais seul face au panier, Okobo a raté le coche. Et offert une prolongation au public déjà au bord de l'asphyxie dans un Astroballe surchauffé (75-75).

Howard en super-héros

La tension était palpable dans ces quelques minutes supplémentaires, et les mains des joueurs ont tremblé. Mais l'Asvel a pu compter sur William Howard pour arracher le titre. L'ailier français a vaincu le trac pour être le premier à marquer, à trois points. Howard derrière le cercle, encore, pour mettre fin à une série de six points d'affilée de Monaco, tout juste repassé devant.

A 83-82, avec un seul point d'avance pour l'Asvel, Howard est venu stopper l'ultime tentative monégasque. LeBron James face aux Warriors en 2016, Nicolas Batum face à la Slovénie aux Jeux de Tokyo l'an dernier, les images viennent immédiatement en tête devant le contre surpuissant et salvateur d'Howard. Une action déjà légendaire, et un 21e titre pour l'Asvel. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Basket

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.