Le hit-parade des blessures de sportifs les plus stupides

Du dos bloqué en rattrapant une lettre de Scrabble à la cornée déchirée par un carton d'accrédition, FTVi vous dresse le palmarès des lésions idiotes dont ont été victimes de grands noms du sport.

Le joueur des Knicks Amar\'e Stoudemire, blessé au poignet après avoir fracassé la vitre protégeant un extincteur, le 3 mai 2012.
Le joueur des Knicks Amar'e Stoudemire, blessé au poignet après avoir fracassé la vitre protégeant un extincteur, le 3 mai 2012. (JEFF ZELEVANSKY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Le basketteur des New York Knicks Amar'e Stoudemire a fait connaissance avec un extincteur le 2 mai dernier. Il a frappé dans la vitre à ne briser qu'en cas d'incendie, après une défaite de son équipe lors des playoffs. Conséquence : il s'est sérieusement abîmé la main, ce qui est ennuyeux quand on est basketteur, encore plus quand son équipe est engagée dans les éliminatoires décisifs de fin de saison. Les animateurs taïwanais de NMA ont analysé à leur manière la situation (vidéo en anglais). L'épisode a aussi inspiré une chanson a capella (encore en anglais, mais assez grandiose) et des blagues des équipes adverses sur les extincteurs.

Stoudemire est loin d'être seul. Les blessures idiotes sont légion dans le monde du sport. Du coup, on ne peut pas vous proposer une liste exhaustive, seulement une sélection.

La blessure la plus intello : Lionel Letizi et une lettre de Scrabble

Trois semaine d'arrêt pour un mot compte triple, ça fait mal. Surtout dans un milieu pas réputé pour abriter des amateurs des belles lettres et des férus du Petit Larousse. Manque de chance : alors que nombre de sportifs camouflent des blessures idiotes sous des termes diplomatiques, Lionel Letizi, alors au PSG, jouait avec des équipiers le soir du drame, en décembre 2002. D'après l'intéressé, interviewé par Football365.fr, ce sont eux qui ont tout raconté aux médias et lancé le buzz. Pour résumer l'incident, le gardien du PSG a plongé pour récupérer une lettre qui tombait de la table. Il s'est alors bloqué le dos.

Existe aussi en version moins intello, quand le gardien de but d'Arsenal, David Seaman, a voulu ramasser une télécommande pour enregistrer un épisode de "Coronation Street" (l'équivalent anglais de "Plus Belle La Vie", en plus ancien) et a contracté une lombalgie, en 1997. Un autre joueur du championnat anglais, Robbie Keane, s'est carrément fracassé le genou en effectuant ce geste anodin. Comme quoi, même les sportifs en canapé méritent ce titre de "sportif".

La blessure la plus odorante : Santiago Canizares et son flacon d'après-rasage

Santiago est footballeur jusque dans sa salle de bain. Alors quand on laisse échapper des mains un flacon d'après-rasage, on tente de le rattraper... avec le pied bien sûr. C'est ce qu'a fait le gardien de l'équipe d'Espagne, Santiago Canizares, juste avant le Mondial 2002. Mal lui en a pris : un bout de verre lui a sectionné un tendon. Forfait pour la compétition, il regarde depuis les tribunes son équipe se faire sortir par la Corée du Sud en quart de finale.

Le gardien de but espagnol Santiago Canizares à sa descente d\'avion, en Corée du Sud, le 21 mai 2002. 
Le gardien de but espagnol Santiago Canizares à sa descente d'avion, en Corée du Sud, le 21 mai 2002.  ( / X00213)

La blessure la plus Mr Bricolage : Darius Vassell et sa perceuse

L'ex-footballeur international anglais Darius Vassell a eu une drôle d'idée : soigner une plaie au pied avec une perceuse pour faire "sortir le sang plus vite". Résultat : séjour à l'hôpital et amputation d'une partie de l'orteil. Dix ans après, Vassell joue toujours.

La blessure la plus Hulk : Yohan Démont et la porte des vestiaires du RC Lens

Amar'e Stoudemire n'est pas le seul à s'être excité sur un objet pour passer sa rage. Le joueur du RC Lens Yohan Démont a connu une saison 2010-2011 compliquée : bagarre avec un équipier sur le terrain et... pugilat avec la porte du vestiaire. La porte n'a rien, mais Démont s'est fracturé les phalanges et est resté indisponible durant six semaines. Tout ça parce qu'un équipier lui avait coupé la parole en salle de musculation.

La blessure la plus "30 millions d'amis" : Svein Grondalen et un cerf

En 1977, le footballeur norvégien Svein Grondalen effectuait un jogging dans les bois derrière chez lui quand il a été heurté de plein fouet par un cerf, raconte France Football. Méchamment blessé, il a dû déclarer forfait pour un match international se déroulant peu après.

La blessure animale est un grand classique chez les sportifs. Beaucoup d'entre eux, dont l'ex-défenseur des Bleus Julien Escudé, se sont aussi gravement blessé en glissant sur l'urine de leur chien ou en voulant l'enjamber dans les escaliers (rupture des ligaments du genou, dans le cas d'Escudé). Vous avez dit meilleur ami de l'homme ?

La blessure la plus corporate : Steve Marlet et son accréditation

L'attaquant de Lyon Steve Marlet a été appelé par le sélectionneur des Bleus Jacques Santini pour disputer l'Euro 2004. Une consécration dans sa carrière, qui va tourner au cauchemar. Serrant précieusement son accréditation qui lui donne accès au terrain d'entraînement, il joue avec l'élastique qui la maintient autour de son cou, le bout de carton plastifié s'envole et finit dans son œil. Bilan : déchirure de la cornée... et l'Euro 2004 passé sur le banc.

La blessure la plus accident de travail : Orlando Brown et le drapeau de l'arbitre

Gravement blessé à l'œil à cause du drapeau d'un arbitre (dans le football américain, les arbitres lancent des drapeaux jaunes pour localiser les fautes sur le terrain), Orlando Brown a obtenu un chèque de 25 millions de dollars de la NFL à titre de dédommagement. Un temps aveugle d'un œil, sa carrière a dû être interrompue pendant quatre ans. Après avoir fait son retour sur les terrains, il a encore eu des démêlés avec la NFL pour d'obscures raisons fiscales. 

Orlando Brown après sa blessure due à un drapeau de pénalité, le 19 décembre 1999 à Cleveland.
Orlando Brown après sa blessure due à un drapeau de pénalité, le 19 décembre 1999 à Cleveland. (GEORGE GOJKOVICH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

En plus des arbitres, méfiez-vous de vos équipiers. Le basketteur Kevin Johnson l'a appris à ses dépens, après avoir marqué un panier à la dernière seconde, donnant in extremis la victoire à son équipe, en 1993. Joie générale dans les rangs des Phoenix Suns. Son coéquipier Charles Barkley, une armoire à glace, se jette sur lui pour le féliciter. Bilan : une épaule déboîtée pour Johnson.

La blessure la plus Chasse et pêche : Goran Ivanisevic et un coquillage

Marcher pieds nus sur une plage de Floride quand on est tennisman ? N'y pensez même pas. Cette activité banale a coûté un quart de finale de Coupe Davis et un forfait au tournoi de Miami au tennisman croate Goran Ivanisevic, dont le pied a été entaillé par un coquillage. 

Plus spectaculaire, mais moins grave, pour le défenseur argentin Renato Civelli. Du temps où il jouait à l'OM, ce dernier s'est offert une petite sortie en mer pour aller pêcher. Tout allait bien quand sa canne à pêche est tombée à l'eau. Civelli a plongé pour aller la récupérer... quand une vague l'a emporté. Le rugueux défenseur a été projeté sur plus rugueux que lui, des rochers qui se trouvaient non loin de là. Il en a été quitte pour une grosse frayeur et quelques contusions.

La blessure double peine : Sammy Sosa et son éternuement

En 2004, Sammy Sosa, joueur de base-ball, a éternué si fort qu'il en a eu des spasmes au dos. Il a été incapable de se tenir debout, encore moins de participer au match de son équipe ce jour-là. Confession du malheureux sur le site de la chaîne américaine ESPN : "ça serait mieux si je m'étais cogné sur un mur ou battu avec équipier, mais ça... Que voulez-vous que je vous dise ! Il y a des choses dans la vie qu'on ne peut pas contrôler." A son retour de blessure, Sosa avouait avoir carburé aux stéroïdes pendant sa carrière. Ceci explique peut-être comment avoir la force de se détruire le dos en éternuant...

Sammy Sosa en pleine action, une semaine avant sa crise d\'éternuement qui l\'obligea à déclarer forfait.
Sammy Sosa en pleine action, une semaine avant sa crise d'éternuement qui l'obligea à déclarer forfait. (JONATHAN DANIEL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

La blessure la plus "fast and furious" : Alan Wright et sa Ferrari

Quand il jouait à Aston Villa à la fin des années 1990, le footballeur gallois Alan Wright avait réalisé un des rêves de sa vie : conduire une Ferrari. Tous les matins, il se rendait à l'entraînement dans son bolide, acheté 100 000 euros. Petit à petit, il s'est plaint d'une douleur persistante au genou. Il s'est aperçu que cette souffrance venait... du fait qu'il était trop petit (1,63 m) pour appuyer sur l'accélérateur de sa voiture, et que chaque changement de vitesse lui faisait endurer le martyre. Finalement, il a troqué sa Ferrari pour une Rover, à l'époque sponsor du club.

La blessure la plus "Top Chef"' : Bret Barberie et la sauce piquante

Bret Barberie est un honnête joueur de base-ball, un cuisinier émérite, mais un sacré distrait. La scène se passe au milieu des années 1990, quand Barberie se cuisine des nachos avec de la sauce piquante. Une fois son repas terminé, le joueur pose ses lentilles de contact sur ses yeux... avec de la sauce piquante plein les mains. Bilan : brûlures de la rétine et un match loupé.

Note à l'attention des sportifs : utiliser un barbecue au charbon peut s'avérer aussi très dangereux. Yannick Noah, qui faisait cuire des merguez dans son jardin en 1989, s'est retrouvé à la suite d'une mauvaise manipulation "en train de courir avec des flammes autour de moi. Je me suis vu brûlé vif". Après deux semaines de repos forcé, Noah a investi dans un barbecue électrique.

La blessure la plus propre : Jérôme Fernandez et sa douche

Le handballeur, capitaine des Experts, aime les douches bien chaudes. Limite bouillantes. Au point qu'un matin de 2000, juste avant l'Euro, l'arrière gauche international s'est brûlé au 3e degré et a dû subir une greffe de peau. Et dire qu'au début, le staff des Bleus a cru à une blague...

Existe aussi en version "coinçage d'orteil dans le siphon de la douche" avec le double Ballon d'Or anglais de la fin des années 1970, Kevin Keegan, dans le rôle titre.

La blessure la plus "les mauvais ouvriers ont de mauvais outils" : Chris Woods et un couteau suisse

Celui qui était promis à une belle carrière en équipe d'Angleterre a vu le train de la gloire lui passer sous le nez alors qu'il devait disputer son troisième match sous le maillot anglais. L'infortuné gardien a tenté de recoudre sa chemise avec un couteau-suisse. Mal lui en a pris : blessé, puis forfait, il perd peu à peu sa place de titulaire.

Les couteaux et les sportifs ne font décidément pas bon ménage : le joueur de base-ball américain Adam Eaton s'est poignardé l'estomac en tentant d'ouvrir un boîtier de DVD.

La blessure la plus hallucinogène : Sam Torrance et le pot de fleur

Se briser le sternum en croyant alpaguer un cambrioleur surpris dans sa chambre d'hôtel, c'est dur. Mais se briser le sternum en alpaguant un pot de fleurs qu'on a pris pour un cambrioleur dans sa chambre d'hôtel plongée dans le noir, c'est pire. Le golfeur écossais Sam Torrance restera marqué par cet incident, survenu en 2003.

Existe aussi en version Mathieu Bastaraud vs la table de nuit d'un hôtel de Wellington, en 2009.

Mathieu Bastareaud, après qu\'il ait heurté une table de nuit dans son hôtel de Wellington (Nouvelle-Zélande), en 2009. Au début, il avait parlé d\'une agression dans la rue...
Mathieu Bastareaud, après qu'il ait heurté une table de nuit dans son hôtel de Wellington (Nouvelle-Zélande), en 2009. Au début, il avait parlé d'une agression dans la rue... (MATTHIEU DE MARTIGNAC / MAXPPP TEAMSHOOT)

 

La blessure la plus rock and roll : Cadel Evans et le genou de Cadel Evans

Le vainqueur du Tour de France 2011 est un grand cycliste, mais un piètre danseur. En 2008, à la soirée d'après Tour de son équipe, l'Australien se blesse au genou en dansant un rock avec sa compagne.

Existe aussi en version solitaire, quand le lanceur des Tigers de Detroit Joel Zumaya a dû manquer les playoffs de fin de saison à cause d'une douleur contractée en jouant trop à Guitar Hero, sur Playstation.

Et on vous passe les luxations au bras de joueurs ayant voulu déchirer un annuaire, les maladroits se coinçant le pied dans un tapis roulant, les grands brûlés qui se sont passés un coup de fer à repasser sur le torse, les blessures du poignet à cause d'un abus de Tetris, d'un morceau de cornemuse trop endiablé ou d'une bouteille de champagne un peu fragile, les fractures du ménisque après une tentative malheureuse d'entarter un collègue et les joueurs de foot à l'infirmerie car trop acrobatiques au lit avec Madame...