Cet article date de plus d'un an.

Grand Prix de France MotoGP : Jack Miller vainqueur au Mans devant Johann Zarco et Fabio Quartararo

Le pilote australien a signé dimanche son deuxième succès consécutif en MotoGP après sa victoire à Jérez il y a quinze jours. Fabio Quartararo reprend, lui, la tête du championnat du monde grâce à sa 3e place.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Johann Zarco et Fabio Quartararo ont terminé sur le podium du GP de France.  (GIGI SOLDANO / DPPI via AFP)

Dans un Grand Prix de France complètement fou, perturbé par la pluie et d'incessantes chutes, Jack Miller (Ducati Lenovo Team) a le mieux resisté aux aléas météorologiques pour signer une deuxième victoire consécutive en MotoGP, dimanche 16 mai. Il prive les Français Johann Zarco (Ducati Pramac Racing) et Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha), respectivement 2e et 3e à l'arrivée, d'un nouveau doublé après celui réalisé à Doha début avril. Le pilote Yamaha se consolera en regardant le classement du championnat du monde, où il reprend les commandes à Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team).

S'il avait profité de la blessure (et de la souffrance) de Fabio Quartararo lors du Grand Prix d'Espagne à Jérez, il y a quinze jours, la victoire de Jack Miller ne doit cette fois rien à personne. L'Australien, qui excelle sur piste humide, a pris un départ canon, s'emparant de la première place avant même le premier virage. Il a ensuite céder la tête à Fabio Quartararo pendant quelques tours, avant de se faire pénaliser au moment de changer de moto (tous les pilotes sont passés aux stands lorsqu'il s'est mis à pleuvoir après seulement trois tours).

La folle remontée de Johann Zarco

Mais sa pénalité – deux longs tours – n'a fait que retarder l'échéance. Miller a repris très facilement les commandes avant la mi-course, a creusé l'écart sur le pilote Yamaha et il a ensuite pu capitaliser sur sa large avance une fois l'averse passée, sur une piste séchante.

Particulièrement à l'aise, lui aussi, dans ces conditions changeantes et piégeuses, Johann Zarco a bien cru un temps pouvoir rattraper Jack Miller pour lui souffler la victoire sur le fil. Il a effectué une remontée impressionnante, presque inespérée après un départ manqué, pour s'offrir une nouvelle 2e place, la troisième cette saison. "C'étaient les conditions parfaites pour moi", a réagi le pilote Ducati Pramac au micro de Canal+.

Cinquième sur la grille, Johann Zarco avait pourtant reculé rapidement jusqu'en 11e position avant que les cartes soient complètement rebattues par la pluie, bien décidée à jouer les troubles-fêtes depuis vendredi. "Quand j'ai vu la pluie, j'ai fait un tour de plus que les autres avant de changer de moto, je pense que j'aurais pu gagner si j'avais changé plus tôt", regrettait même le Français, qui court toujours après son premier succès dans la catégorie reine.

Quartararo engrange

Quant à Fabio Quartararo, il a réalisé une course quasiment parfaite, moins de deux semaines seulement après son opération du bras. Il signe un nouveau podium et engrange des gros points dans la course au titre mondial, alors qu'on lui prédisait l'enfer sous la pluie mancelle. Le Niçois a mené à plusieurs reprises, profitant notamment de la première chute de Marc Marquez (Repsol Honda Team) en début de course. Il a ensuite cédé face à Miller puis Zarco. Mais ce podium, le 13e de sa carrière en MotoGP, le replace en tête du championnat du monde avec un petit point d'avance sur Francesco Bagnaia, brillant 4e alors qu'il s'élançait du fond de la grille (16e).

La lutte se poursuivra dans deux semaines à l'occasion du Grand Prix d'Italie, au Mugello. Johann Zarco retrouvera sa deuxième patrie pour y glaner, peut-être enfin, son premier succès en carrière sur un circuit qui sera très favorable aux Ducati.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Moto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.