GP d'Espagne : grosse désillusion pour Fabio Quartararo, grand bonheur pour Jack Miller

Sur le circuit de Jerez, le pilote français, visiblement touché au bras droit, s'est effondré dimanche après avoir mené une large partie de la course. Il a finalement terminé 13e.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha) lors du Grand Prix d'Espagne de MotoGP à Jerez, dimanche 2 mai.  (PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP)

À la surprise générale, Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha) s'est fait cueillir sur le Grand Prix d'Espagne de MotoGP, finalement remporté par Jack Miller (Ducati Lenovo Team) devant son coéquipier Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team), pour un doublé Ducati, et Franco Morbidelli (Petronas Yamaha).

Longtemps en tête sur ce circuit de Jerez, le Français, touché au bras droit, a vu progressivement son avance fondre considérablement. Il a finalement terminé en 13e position, et laisse la tête du championnat du monde à Francesco Bagnaia. Johann Zarco a pris la 8e place sur la ligne d'arrivée.

Vainqueur à deux reprises la saison passée sur ce circuit de Jerez, Fabio Quartararo a pourtant maîtrisé son sujet pendant une grande partie de la course avant de dégringoler, petit à petit, alors qu'il restait onze tours à parcourir.

Une avance qui fond comme neige au soleil

Parti en pole position, la troisième d'affilée sur ce Grand Prix d'Espagne après 2019 et 2020, le Niçois a limité la casse à l'extinction des feux. Sous la pression notamment des Ducati de Jack Miller ou Francesco Bagnaia, très puissantes en ligne droite, Quartararo entamait tout de même le premier virage en quatrième position. Mais, après quatre tours seulement, le jeune pilote de 22 ans reprenait déjà sa place de leader, et semblait ne plus pouvoir être rattrapé.

Sur un tracé dessiné pour ses qualités, le Tricolore possédait jusqu'à 1''5 d'avance sur son plus proche poursuivant, Jack Miller. Mais, en un tour, tout s'est effondré. L'avance d'"El Diablo" a chuté drastiquement, la faute à ce handicap physique. "Je n'avais plus du tout de force, mon bras c'était comme de la pierre", a expliqué dépité le Français de 22 ans, qui ne connait pas encore la gravité de sa blessure.

En juin 2019, Quartararo avait subi une opération à ce même avant-bras droit, souffrant du "syndrome des loges". Ce problème arrive quand un muscle se retrouve trop à l'étroit dans sa "loge" durant un effort, ce qui s'avère particulièrement douloureux et forcément très handicapant pour un pilote professionnel en pleine course."Je suis très triste car je me sentais très à l'aise en tête", a-t-il expliqué.

La course a alors définitivement tourné, en défaveur du Français. A son retour aux stands, le Français se touchait le bras droit, sur lequel il a mis une poche de glace.L'Australien Jack Miller n'a pas tardé pour profiter de la mésaventure de Fabio Quartararo. Il a pris les devants à dix tours de la fin sans plus jamais lâcher les commandes. Il signe son deuxième succès en MotoGP, le premier depuis le Grand Prix des Pays-Bas, en 2016.

Bagnaia nouveau leader du championnat

Pour le pilote français, c'est une grosse déception que ce Grand Prix d'Espagne 2021 finalement conclu en treizième position. Pour deux petits points, il perd par la même occasion la première place au championnat du monde de la catégorie reine au profit de Francesco Bagnaia, deuxième dimanche.

L'autre Tricolore, Johann Zarco, a navigué un peu en retrait de la tête de course. Parti 6e sur la grille, il a finalement terminé 8e.

Le sextuple champion du monde, Marc Marquez (Repsol Honda Team), a lui conclu un week-end compliqué sur une bonne note à Jerez. C'est ici-même qu'il s'était blessé la saison passée. Après avoir chuté samedi en essais libres puis dimanche matin lors du warm-up, l'Espagnol s'est classé 9e, alors qu'il était parti 14e.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.