Cet article date de plus de deux ans.

GP des Amériques: Marc Marquez pour la passe de 7 à Austin

Sextuple tenant du titre sur le circuit d'Austin, Marc Marquez vise un 7e succès consécutif lors du Grand Prix des Amériques ce week-end. Leader du championnat du monde et vainqueur de la dernière manche en Argentine, l'Espagnol n'a jamais laissé un autre pilote occuper la première place du podium depuis que le grand prix se passe sur ce circuit.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (JUAN MABROMATA / AFP)

"COTA est l'un de mes circuits favoris. Ces pistes où l'on tourne dans le sens contraire aux aiguilles d'une montre semblent toujours mieux profiter à mon style". Pas de surprise avec Marc Marquez: il est le roi des Amériques. Ce circuit d'Austin, il l'adore et cela se voit dans ses résultats: 6 courses et 6 victoires pour l'Espagnol depuis 2013, date de la première édition. 

Pourtant, l'an dernier, les choses s'étaient mal emmanchées pour lui. Auteur de la pole position, il avait reçu une pénalité de trois places au départ pour avoir gêné Maverick Vinales dans un tour rapide. Ce dernier avait hérité de la première place sur la grille mais Marquez s'était emparé du commandement dès le premier tour pour ne plus être rejoint.

Rossi et Dovizioso dans l'espoir

Cette année, fort de son succès en Argentine fin mars, le pilote Honda est encore une fois placé sur de bons rails. Andrea Dovizioso (Ducati), vainqueur du grand prix d'ouverture et 3e en Amérique du Sud, le talonne au championnat mais n'est pas le plus à l'aise à Austin. 2e au mieux en 2015, 5e l'an dernier, il souhaite limiter les dégâts: "Notre but à Austin est de monter encore sur le podium ce qui serait déjà presqu'une victoire", concède le pilote italien, soulignant que la piste américaine "n'est pas la meilleure pour nous".

Valentino Rossi pourrait-il se mêler à la bagarre ? Deuxième voici quinze jours, le Transalpin a déjà conquis deux podiums sur ce circuit (3e en 2015, 2e en 2017). "Nous savons qu'Austin est un circuit compliqué, peut-être le plus difficile et le plus technique de la saison", souligne le nonuple champion du monde italien qui espère y faire au moins aussi bien qu'en 2017.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Moto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.