MotoGP : Fabio Quartararo s'offre le podium sur la course sprint du Grand Prix des Pays-Bas

La victoire est revenue à Marco Bezzecchi, impérial depuis le début du week-end sur le circuit d'Assen.
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le pilote français Fabio Quartararo lors des essais du Grand Prix des Pays-Bas de MotoGP, le 23 juin 2023 (GIGI SOLDANO / AFP)

Fabio Quartararo marche avec peine, mais cela ne l'empêche pas de grimper sur le podium. Le pilote français a confirmé sa meilleure qualification de la saison acquise dans la matinée (4e), en signant sa meilleure prestation en course sprint, samedi 24 juin, aux Pays-Bas. Dans le groupe de tête toute la course durant malgré une fracture à l'orteil, le pilote Yamaha a obtenu la troisième place, une fois la course achevée, suite à la pénalité reçue par le Sud-Africain Brad Binder (KTM) pour avoir dépassé les limites de la piste. Le champion du monde 2021 se rassure, au cœur d'une saison très pénible jusqu'ici.

Quartararo n'a toutefois pas pu se hisser plus haut sur le podium du jour, sur lequel a trôné Marco Bezzecchi (Mooney VR46). L'Italien, parti en pole position, a dominé cette course sprint, comme il l'a fait lors de chacune des séances à Assen depuis la veille. Bezzecchi a devancé le leader du championnat Francesco Bagnaia (Ducati). Reste à savoir si Fabio Quartararo pourra faire mieux dimanche sur une course complète, alors qu'il souffre de son orteil. "On avait un bon rythme, mais je ne pouvais pas dépasser Binder, a réagi le pilote Yamaha. J'espère que pour la course demain, je pourrais faire un meilleur départ encore."

L'autre Français, Johann Zarco (Pramac), n'a pas su surfer sur sa vague de résultats et de confiance de ces derniers week-ends. Parti huitième, il a sombré, pour finir en dehors des points, au 13e rang. Marc Marquez (Honda), en perdition après avoir encore chuté dans la matinée en qualifications, n'a pu faire mieux que 17e.

Revivez la course sprint.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.