Cet article date de plus de sept ans.

La pluie se joue des pilotes des 24 Heures du Mans

Drôle de début de course. Après les 56 minutes sous la voiture de sécurité à cause du tragique accident d’Allan Simonsen, la course a repris ses droits. Mais l’instabilité a perturbé la donne et bien compliqué la tâche des pilotes.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Même un champion de la trempe d’André Lotterer trouvait les conditions délicates au volant de son Audi R18 e-tron quattro. « Je plains les rookies parce que de telles conditions pour un premier relais, c'est très compliqué, raconte-t-il. Bertrand Baguette n’est pas un débutant mais il en a fait les frais. Leader des LMP2, le Belge venait de passer les slicks quand la pluie s’est intensifiée. « Il fallait être en intermédiaires à ce moment-là », regrettait le pilote Oak Racing. Choisir les bons pneus, pas si simple, surtout sur un circuit de 13,629 km où il peut pleuvoir à une extrémité et pas à l’autre.

De retour à son stand, Baguette avouait quelques travers. « On s’est fait pas mal de frayeur. Il faut rester sur la défensive mais c’est comme ça, indique le Belge. J’ai fait quelques équerres mais il faut bien conduire à la limite. » André Lotterer a sa technique pour éviter les ennuis, ou les anticiper. « Il faut regarder loin car les conditions changent et se méfier lorsque la piste brille, explique le double tenant du titre. Ce n'est pas évident car on a des pneus d'endurance et donc peu d'appuis. Il faut y aller mollo parce que la course dure 24 heures. L'objectif est de rester sur la piste donc il ne faut pas en faire trop. »

Dominateur sur ce début de course, Lotterer n’a pas commis d’erreur. « Pour ma part j'ai pu « envoyer » parce que j'étais à l'aise. Mais si on n'est pas à l'aise, rien ne sert de forcer dans ces conditions. » Heureusement, la soirée qui a débuté semble plus sèche. Quelques éclaircies ont même fait leur apparition. Enfin un peu de répit pour 55 voitures encore en course.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.