Voiture brisée, tonneaux, moteur en flammes : à Bahreïn, le GP du chaos

Le GP du Bahreïn a consacré le Britannique Lewis Hamilton, déjà sacré champion du monde le week-end dernier. Mais sa 95e victoire a presque été anecdotique, tant les accidents et les incidents de course ont été nombreux. Du miracle de Romain Grosjean à la malchance de Sergio Perez, le chaos a régné sur la piste de Bahreïn ce dimanche.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (GIUSEPPE CACACE / POOL)

Même lorsque tout s'effondre, Lewis Hamilton trouve le moyen de l'emporter. Si le GP du Bahreïn s'est conclu sur une 95e victoire du Britannique, la course a été l'une des plus chaotiques de ces dernières années. Il y a eu le violent accident de Romain Grosjean, qui s'en est miraculeusement sorti ; mais pas seulement. Entre tonneaux et moteurs en feu, les faits de course ont, jusqu'au bout, plutôt été du registre de l'accident que du sportif ; même si la hiérarchie s'est quelque peu précisée au classement général. 

 

Lance Stroll la tête à l'envers

Lorsque la course a repris après une première interruption de près d'une heure, le GP du Bahreïn était déjà sur des bases uniques en termes d'effroi et de rebondissements. Ce n'était pourtant pas fini puisque lors du 3e tour la monoplace de Lance Stroll s'est retrouvée retournée au milieu de la piste.

C'est une nouvelle fois Daniil Kvyat, déjà impliqué dans l'accident de Romain Grosjean, qui a heurté le côté droit de la monoplace de Stroll, sur un dépassement risqué. La course a de nouveau été interrompue. Deux interruptions en à peine quatre tours : la course irait-elle vraiment au bout ? 

Les choses sont ensuite rentrées dans l'ordre pendant une bonne heure. Lewis Hamilton a lentement mais sûrement creusé son avance sur ses adversaires. Max Verstappen a plus ou moins résisté. Et derrière, les Racing Point, MacLaren et Renault se sont disputés les places d'honneur. En somme, le rythme ronronnant de la Formule 1 sous l'emprise des Mercedes retrouvé. Jusqu'à ce tour 53. 

Jusqu'à ces nouvelles volutes de fumée. Cette fois, c'était au tour de Sergio Perez de subir la poisse de ce GP pas comme les autres. Alors qu'il volait vers un deuxième podium en carrière, et fonçait vers des points précieux pour Racing Point dans le classement constructeurs, le moteur de Perez a lâché. Et s'il a d'abord insisté, poussant son moteur jusqu'au bout, il a fini par abdiquer quand des flammes ont surgi de l'arrière de sa monoplace. La voiture de sécurité a - une dernière fois - été déployée, et la monoplace du Mexicain a dû être évacuée. 

Et sinon ? Hamilton a remporté sa 95e course. Valtteri Bottas (8e) a perdu une grande partie de son avance (12 points désormais) sur Max Verstappen (2e) au général, ce qui annonce une fin de saison passionnante pour la place de dauphin. Racing Point a perdu gros au classement constructeurs, avec les abandons de ses deux pilotes (Lance Stroll et Sergio Perez). C'est désormais Maclaren qui est 3e derrière Mercedes et Red Bull. Et Renault est à 10 petits points de Racing Point.

Mais le chaos de Bahreïn n'a pas permis que l'on s'attarde sur ces enjeux, obstrués par la fumée des moteurs en flamme. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Formule 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.