Une pole puis une sortie de route : Charles Leclerc remet Ferrari en haut de la grille à Monaco

À domicile, Charles Leclerc (Ferrari) a signé la pole position des qualifications du Grand Prix de Monaco samedi, mais a terminé la séance accidenté dans le mur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Charles Leclerc (Ferrari) durant la séance de qualfiication du Grand Prix de Monaco de Formule 1 le 22 mai 2021 (ANDREJ ISAKOVIC / AFP)

Jackpot amer pour Charles Leclerc. Sur un circuit sur lequel la position de départ est si primordiale, la lutte pour la pole a été particulièrement serrée, au point de faire craquer le Monégasque... qui décroche pourtant la pole samedi !

Le premier tour canon de Leclerc a finalement fait la différence, mais trop à l'attaque, il a mis fin à la séance en envoyant sa Ferrari dans le rail à quelques secondes du drapeau à damier. Ce coup du sort bouleverse la hiérarchie, avec Max Verstappen (Red Bull) deuxième et Valtteri Bottas (Mercedes) troisième. Le leader du championnat Lewis Hamilton s'est manqué, et ne partira qu'en septième place.

Leclerc, 25 Grands Prix après

Peu de monde attendait Ferrari à pareille fête avant ce week-end dans la Principauté. L'écurie au cheval cabré a retrouvé de sa superbe tout au long des essais libres, avant de voir Charles Leclerc décrocher la huitième pole position de sa carrière ce samedi. Après une saison 2020 très compliquée, le Monégasque retrouve la première place en qualification pour la première fois depuis le Grand Prix du Mexique 2019.

Mais son bonheur pourrait être de courte durée. Son crash dans les toutes dernières secondes de la session a possiblement endommagé sa voiture, et un changement de boîte de vitesse le contraindrait à une pénalité de cinq places. Malgré les hourras de son public, Leclerc ne s'en est pas caché : "oui, je suis inquiet" a-t-il concédé.

Pour Max Verstappen et le reste de la concurrence, la frustration prédomine. Le pilote néerlandais était lancé dans un dernier tour rapide, à même de faire chuter Leclerc de la première place. Mais tel est le jeu à Monaco, circuit impitoyable où la moindre nervosité se paie cash. Le deuxième du championnat pilotes se consolera peut-être en fonction des dégâts de la Ferrari SF21, mais surtout par la prestation de Lewis Hamilton.

Pas dans le coup depuis jeudi, le Britannique n'a pas été plus en rythme dans l'exercice des qualifications qu'il affectionne tant. Le pilote Mercedes est l'autre grand perdant de l'accident de Leclerc. Une septième place au départ ne laisse que peu d'espoirs de victoire dans les rues sinueuses du Rocher.

Hamilton se manque, les outsiders se montrent

La lutte pour le podium s'annonce tendue avec quatre pilotes se tenant en moins de cinq centièmes avec Valtteri Bottas (Mercedes, 3e), Carlos Sainz (Ferrari, 4e) et Lando Norris (McLaren, 5e). En Q2 déjà, les trois premières monoplaces s'étaient tenus en moins d'un dixième. Pierre Gasly (Alpha Tauri) a signé une jolie performance en venant prendre la sixième place.

L'autre Français Esteban Ocon a fait de son mieux avec son Alpine, décidément difficile à manœuvrer sur le tracé monégasque. Le Français a signé le 11e temps, bien mieux que son voisin de stand Fernando Alonso. Le double champion du monde n'a pu s'extraire de la première partie de la séance (17e), et ce en dépit du forfait de Mick Schumacher (Haas), accidenté lors de la troisième séance d'essais libres en fin de matinée samedi.

Pour le jeune pilote allemand, cette deuxième sortie de piste du week-end tient plus de l'excès de confiance (il pointait alors à une intéressante 14e place) que d'une maladresse criante. À Monaco, ce genre de mésaventure arrive aussi aux meilleurs. Le dernier non-partant en qualifications en Principauté est un certain Max Verstappen en 2016 et 2018.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Formule 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.