Cet article date de plus de sept ans.

Test et prolongation en vue pour Pirelli

Sur la sellette à cause de la dégradation trop rapide de ses pneumatiques, Pirelli n'est plus dans le collimateur des équipes de F1. La firme italienne serait même sur le point de prolonger son bail jusqu'en 2018. En attendant la signature de cet accord, les gommes de la saison 2014 vont être testées sur des Red Bull de 2011 à Barcelone.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un mécanicien change un pneu sur la Red Bull (ALEXANDER KLEIN / AFP)

Est-ce la pression d'une possible arrivée de Michelin qui a accéléré le tempo ? Toujours est-il que Pirelli a mis la gomme pour rester en F1. A Monza, en marge du GP d'Italie, le manufacturier a multiplié les rendez-vous avec les écuries et les instances. Des discussions fructueuses puisque Pirelli devrait rapidement resigner avec la F1 malgré un appel du pied de Jean Todt aux autres manufacturiers. Mais les écuries ayant voté pour le statu quo, Pirelli va continuer d'équiper la F1. Les pneus de la saison prochaine sont d'ailleurs presque prêts et seront en test sur des Red Bull jeudi et vendredi. 

Pas d'avantage pour Red Bull

Ces nouveaux essais de Barcelone, après ceux très controversés qui avaient  eu lieu en mai, "ne donneront aucun avantage" à Red Bull pour 2014, car  l'écurie autrichienne "n'aura aucun accès aux informations recueillies et ne  saura même pas quels pneus sont utilisés", a garanti Paul Hembery, le directeur  de Pirelli Compétition, sur le site du magazine britannique Autosport. Red Bull a détaché le Suisse Sébastien  Buemi, pilote de réserve Red Bull, et l'Australien Daniel Ricciardo (Toro  Rosso) pour conduire ses F1.

Pirelli a pris les devants

Ces essais ayant lieu à la demande de Pirelli, Red Bull a pris toutes les  garanties auprès de la Fédération internationale de l'automobile pour que la fourniture d'une monoplace de 2011 soit validée comme conforme au règlement  sportif et technique actuel sur les séances d'essai privés en cours de saison. Il n'y aura pas une 2e affaire Pirelli cette année (en juin, Mercedes avait été sanctionné par la FIA pour avoir fourni à Pirelli des monoplaces de la saison en cours, et ses deux pilotes titulaires, lors d'essais de pneus à Barcelone début mai, juste après le GP d'Espagne, ndlr).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Formule 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.