GP de Valence : Zarco 5e temps, Quartararo en perdition lors de la 2e séance d'essais libres

Les séances se suivent et se ressemblent sur le circuit de Valence pour Fabio Quartararo (Yamaha). Arrivé en Espagne avec l'espoir de remporter le titre mondial, le Français n'est pas du tout à son avantage, puisqu'il a fini la 2e séance d'essais libres du GP de Valence à une piètre 16e place, comme lors de la 1re. A l'opposé, Johann Zarco (Ducati) a encore brillé, avec le 5e meilleur temps derrière Jack Miller (Ducati)
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Français Johann Zarco au guidon de sa Ducati (GIGI SOLDANO / DPPI MEDIA)

Ri ne va plus. Il rêvait de couronne, il doit maintenant se faire bien des soucis pour finir sur le podium du championnat du monde. Les 15 jours passés sur le circuit de Valence, avec l'enchaînement GP d'Europe et GP de la Communauté de Valence, ressemblent à un cauchemar pour Fabio Quartararo. Le Français est en manque de vitesse, de sensations, de résultats sur sa Yamaha. 16e pour la 1re séance, il n'a pas fait mieux lors de la 2e séance. Faire partie samedi de la Q2 ressemble presque à un objectif très lointain pour lui, alors qu'il avait intégré de justesse le Top 10 la semaine dernière à l'issue de la 3e séance d'essais libres. Qu'il semble loin le temps de sa pole position et de sa 2e place en course. Ce n'était que l'an dernier pourtant... Seule petite consolation : Joan Mir, le leader du championnat, est allé au sol lors de cette séance et il n'a pas intégré le Top 10.

Scénario un peu identique pour Johann Zarco, pour son plus grand bonheur. Car le Français est à son aise sur ce tracé. Sa Ducati va bien, lui-aussi. Déjà à son avantage la semaine passée, il a encore joué les premiers rôles ce vendredi. 6e ce matin, il réalise le 5e temps de la 2e séance. A l'image de toutes les machines italiennes (4 Ducati dans le Top 10), Valence semble convenir parfaitement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Formule 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.