Cet article date de plus de deux ans.

Formule 1 : L'écurie Force India placée en redressement judiciaire

En grande difficulté depuis plusieurs mois, l'écurie Force India a été placée en redressement judiciaire vendredi. Son propriétaire indien Vijay Mallya est lourdement endetté, compromettant l'avenir de l'équipe du pilote français Esteban Ocon. Celle-ci va continuer dans le paddock pour les prochains Grand Prix, dans l'attente d'une éventuelle reprise.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (ANDREJ ISAKOVIC / AFP)

L'écurie indienne basée à Silverstone (Angleterre) Force India, en difficultés financières, a été placée vendredi en redressement judiciaire en Grande-Bretagne, a indiqué à l'AFP l'administrateur judiciaire samedi, en marge du Grand Prix de Hongrie. 

"Geoff Rowley et Jason Baker, partenaires au sein du cabinet spécialisé en conseil aux entreprises FRP Advisory LLP, ont été désignés administrateurs de Force India Formula One Team Limited le 27 juillet 2018", a précisé un porte-parole, confirmant une information de la BBC.  "Nous allons entrer d'urgence en contact avec les principales parties prenantes afin d'obtenir le meilleur résultat pour les créanciers", a fait savoir Rowley, qui s'était déjà occupé du redressement judiciaire de l'écurie britannique Manor F1 en 2016. 

Force India reste dans le paddock, Ocon de plus en plus vers le départ

"En attendant, l'équipe continuera à fonctionner normalement, y compris en courant en Hongrie ce week-end. Notre objectif est de faire comme d'habitude pendant que nous évaluons les options pour assurer l'avenir de l'équipe", a-t-il assuré.

Cette situation devrait favoriser un transfert du pilote français Esteban Ocon que la rumeur annonce vers Renault et auquel l'écurie et Mercedes, qui gère sa carrière, ont ouvert la porte vendredi.

Esteban Ocon (FRA/Force India) s'est élancé de la septième place. (FLORENT GOODEN / DPPI MEDIA)

La santé financière de Force India, fondée et codétenue par l'homme d'affaires indien Vijay Mallya, est délicate depuis l'hiver dernier. L'autre pilote de l'équipe, le Mexicain Sergio Pérez, l'avait même qualifiée de "critique" en conférence de presse jeudi. Ces dernières semaines, plusieurs investisseurs ont été liés à l'écurie, dont Lawrence Stroll, le père du pilote canadien de Williams Lance Stroll, et Dmitry Mazepin, le père du pilote russe de GP3 Nikita Mazepin, également pilote de réserve de Force India.

Mallya combat une extradition vers l'Inde, où il est inculpé pour blanchiment d'argent et fraude. En mai, il avait quitté ses fonctions de directeur de Force India, laissant sa place au conseil d'administration, tout en conservant son poste de "team principal".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Formule 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.