Formule 1 - Grand Prix de Turquie : victoire et 7e titre mondial, Lewis Hamilton fait coup double pour égaler Michael Schumacher

Lewis Hamilton a conquis son septième titre mondial de Formule 1 ce dimanche matin au Grand Prix de Turquie à Istanbul grâce à sa 94e victoire et égale Michael Schumacher. Lewis Hamilton a construit sa victoire patiemment, profitant de l'effondrement de Lance Stroll mais surtout d'une gestion de pneus digne du pilote qu'il est. Son coéquipier Valtteri Bottas était le seul à pouvoir retarder le sacre attendu mais pris dans un tête-à-queue dès le premier virage, il a fini très loin. Sergio Perez et Sebastian Vettel complètent le podium.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (TOLGA BOZOGLU / POOL)

L’issue était inéluctable, la façon de l’obtenir encore plus belle et majestueuse. Lewis Hamilton (Mercedes) a décroché son septième titre de champion du Monde - voilà pour l’inéluctable - en remportant un Grand Prix de Turquie passionnant, animé mais loin d’être gagné d’avance par le Britannique. Lewis Hamilton devient ainsi l’égal de Michael Schumacher au sommet de la hiérarchie mondiale. Son quatrième succès consécutif après 2017, 2018 et 2019, à l’issue d’une nouvelle domination sans partage cette saison.

Bottas en tête-à-queue dès le premier virage

Son titre était quasiment acquis avant même l’arrivée ici à Istanbul. Seul son coéquipier Valtteri Bottas pouvait l’en empêcher en terminant plus de deux places devant lui. Parti en 6e position, sa pire position de la saison sur la grille, après une qualification perturbée par la pluie, Hamilton a pris un meilleur départ que le Finlandais - parti neuvième, en tête-à-queue dès le premier virage. Bottas bien au-delà des points a rapidement mis fin au peu de suspense qu’il restait sur l’attribution du titre. Hamilton a tout de même fait sa part du travail en glanant sa 94e victoire en Formule 1.

Ce Grand Prix de Turquie illustre à merveille le talent exceptionnel de Lewis Hamilton. Le pilote Mercedes n’a pourtant pas vécu une journée si évidente en partant à la faute à plusieurs reprises. Notamment au 16e tour quand il était à la poursuite de Sebastian Vettel (Mercedes). Mais au fil de la course, le désormais septuple champion du Monde a affiché une sérénité à toute épreuve alors que la pluie tout au long du week-end avait rebattu les cartes et faisait autant valdinguer les voitures que nos certitudes. Hamilton ne s’est pas inquiété lorsque les Racing Point se sont échappées en début de course. Parti en pole position, Lance Stroll laissait son équipier Sergio Perez à distance raisonnable. On pensait alors la course gagnée pour les Flèches roses. C’était sans compter sur une stratégie mystérieuse des ingénieurs de Lance Stroll qui ne semblaient pas savoir sur quel pied danser, hésitant à arrêter le Canadien aux stands. Ce qu’ils ont finalement fait assez tard avec des pneus intermédiaires qui n’ont pas tenu le rythme.

Une gestion des pneus impressionnante

Les choix de l’équipe Mercedes ont confirmé qu’en plus du meilleur pilote, ils n’ont pas d’égal stratégiquement dans le championnat. Dans une tactique à un seul arrêt, Lewis Hamilton a construit sa victoire patiemment. Il a longtemps bataillé après Sebastian Vettel puis Sergio Perez qu’il a fini par dépasser au 37e tour, prenant la tête de course pour ne plus la lâcher. Sergio Perez et les Racing Point devant se contenter de la deuxième place. Une stratégie à un arrêt ne convenait pas forcément au commun des pilotes, mais Lewis Hamilton a géré ses gommes d'une manière absolument impressionnante tout au long des 58 tours. Il a tout simplement régné sur ce Grand Prix comme il a régné sur la saison 2020-2021 de Formule 1, qui compte encore trois courses aux allures de parade pour Hamilton.

La bonne surprise de ce Grand Prix est venue des Ferrari. Dans une forme d'hommage à Lewis Hamilton, l'ancien champion du Monde Sebastian Vettel a réalisé sa meilleure performance de la saison en grimpant pour la première fois sur le podium. Un podium qui était presque acquis pour son coéquipier Charles Leclerc. Mais l'Allemand l'a dépassé dans le dernier tour pour monter sur la boîte. Vettel a démontré que toutes ses qualités de pilotes ne s'étaient pas évaporées en surfant sur son départ canon, de la 11e à la 3e place. Les Français n'ont pas été à la fête puisque Esteban Ocon (Renault) a terminé à la limite des points (11e), Pierre Gasly (Alpha-Tauri) un peu plus loin (13e) et Romain Grosjean (Haas) a abandonné.

Une prolongation avec Mercedes pour un 8e sacre ?

Le magnifique résultat de Sebastian Vettel qui entame ses derniers Grands Prix avec la Scuderia Ferrari (avant de rejoindre Aston Martin) est logiquement eclipsé par la performance de Lewis Hamilton. Quelques semaines seulement après avoir dépassé Michael Schumacher au nombre de victoires en Formule 1, Hamilton revient cette fois-ci à sa hauteur avec un septième titre mondial. Le Britannique repartira-il pour un huitième sacre la saison prochaine ? Rien n'est encore signé avec Mercedes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Formule 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.