Cet article date de plus d'un an.

F1 : Max Verstappen et Red Bull survolent le Grand Prix de Bahreïn et donnent le ton dès la première course de la saison

Parti en pole position, le Néerlandais n’a jamais lâché sa première place et s’impose pour l’ouverture de la saison, dimanche, à Bahreïn.
Article rédigé par Hortense Leblanc, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Max Verstappen vainqueur du Grand Prix de Bahreïn, première course de la saison 2023 de Formule 1, dimanche 5 mars. (GIUSEPPE CACACE / AFP)

"Red Bull est sur une autre planète"… Charles Leclerc, désabusé au micro de Canal+ après son abandon, ne s’y trompe pas. L’écurie autrichienne a réalisé un doublé dès le premier Grand Prix de la saison, dimanche 5 mars, à Bahreïn, avec une victoire de Max Verstappen, plus de dix secondes devant Sergio Perez et la surprenante Aston Martin de Fernando Alonso. Du côté des Français, Esteban Ocon a connu un dimanche cauchemardesque tandis que son coéquipier Pierre Gasly a limité la casse pour Alpine, avec une neuvième place. 

Qu’il semble loin l’abandon pour un problème de fiabilité du moteur en ouverture de la saison 2022. Max Verstappen et Red Bull n'ont pas réitéré les mêmes erreurs, avec une première victoire à Bahreïn pour le Néerlandais. Alors qu’elles avaient déjà fait très bonne impression lors des tests hivernaux, des essais libres, et des qualifications, les Red Bull ont assommé la concurrence à Bahreïn. "J'ai pris un très bon départ et il s'agissait ensuite de gérer les pneus, a résumé le double champion du monde. Un énorme merci à l'équipe de nous avoir fourni une voiture aussi rapide". 

Sergio Perez a quant à lui été chahuté au départ par Charles Leclerc, avant de reprendre sa deuxième place. Le Monégasque, longtemps troisième, a été contraint à l'abandon au 41e tour pour un problème de moteur, et son coéquipier Carlos Sainz n'a pas résisté au retour de Fernando Alonso.

Un dimanche en enfer pour Esteban Ocon

La course a finalement battu son plein derrière les Red Bull, avec une belle bataille entre les Ferrari, les Aston Martin, et les Mercedes. Une bataille à laquelle n’ont pas pu prendre part les Alpine, alors qu’Esteban Ocon partait neuvième.

Mais le Français a mal placé sa voiture sur la grille, ce qui lui a valu cinq secondes de pénalité, qui n’ont pas été correctement respectées dans les stands, ce qui a donc provoqué dix secondes de pénalité supplémentaires.

Tout cela sans compter un excès de vitesse, toujours dans la voie des stands, pour reprendre cinq secondes de pénalité, vingt en tout sur le Grand Prix. Le Normand et son écurie ont donc préféré jeter l’éponge au 43e tour, et Pierre Gasly, pourtant parti dernier sur la grille, a sauvé les meubles avec une neuvième place, dans les points.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.