Grand Prix d'Aragon : Francesco Bagnaia s'offre une première victoire en MotoGP, Fabio Quartararo termine 8e

L'Italien de Ducati a transformé sa pole position en succès. Malgré une course ratée, Quartararo reste leader du championnat du monde. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Francesco Bagniai (Ducati) devant Marc Marquez (Honda).  (LLUIS GENE / AFP)

Jour sans pour Fabio Quartararo. Le Français, leader du championnat du monde de MotoGP, a dû se contenter d'un second rôle sur le Grand Prix d'Aragon, dimanche 12 septembre. 8e au final, le pilote Yamaha a assisté de loin à la victoire de l'Italien Francesco Bagnaia (Ducati), au terme d'un duel haletant avec Marc Marquez (Honda). 

Quartararo n'a pas trouvé son rythme 

"Je suis à la limite partout" prévenait Fabio Quartararo au micro de Canal+ après les qualifications, samedi. Ses mauvaises sensations sur le circuit de Motorland se sont rapidement confirmées. Parti en 3e position, le Français a perdu quatre places dès les premiers virages. Plutôt que lutter pour remonter, Quartararo a dû batailler pour sauver le maximum de points. Descendu jusqu'à la 9e place, El Diablo a finalement terminé 8e. Il repart d'Espagne avec sept points de plus, portant son total à 213 points, 53 de mieux que Bagnaia. 

Devant, le sextuple champion du monde Marc Marquez a mis au supplice son cadet Francesco Bagnaia. L'Espagnol, du haut de ses 57 victoires dans la catégorie-reine, ne comptait pas laisser l'Italien s'envoler facilement vers un premier succès. Dans la roue de Bagnaia jusqu'aux derniers tours, Marquez a multiplié les attaques dans ce final sous tension. Mais l'Italien a su décrocher chaque banderille de son adversaire. Une faute de Marquez à deux virages de la ligne a scellé la première victoire de Francesco Bagnaia en MotoGP. Deuxième du championnat du monde avant le départ, Joan Mir (Suzuki) complète le podium. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fabio Quartararo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.