Pourquoi le record du monde du saut à la perche n'est pas près de tomber

Le Français Renaud Lavillenie a échoué, lundi, à 5,96 m, terminant deuxième des Championnats du monde, à Moscou. Très loin des 6,14 m de l'Ukrainien Sergueï Bubka, franchis en 1994.

Renaud Lavillenie lors des qualifications de l\'épreuve de saut à la perche des Mondiaux d\'athlétisme de Moscou, le 10 août 2013.
Renaud Lavillenie lors des qualifications de l'épreuve de saut à la perche des Mondiaux d'athlétisme de Moscou, le 10 août 2013. (KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP)

Le record du monde du saut à la perche est détenu par l'Ukrainien Sergueï Bubka, depuis 1994, avec un saut à 6,14 m. Depuis, personne ne s'en est approché. Pourtant, dans les années 1980, les spéculations allaient bon train. "On verra peut-être un perchiste franchir 6,40 m en l'an 2000, si rien ne change", déclarait le champion olympique américain Don Bragg au Chicago Tribune en 1988 (en anglais). Le professeur Lionel Brackman, qui avait étudié l'évolution des records du monde en athlétisme, pronostiquait plutôt 6,24 m au tournant du XXIe siècle. The sky is the limit, disaient-ils. Pourtant, aucun autre perchiste que Bubka n'a franchi 6,06 m. Pourquoi ?

Sergeï Bubka, un cas à part

Avec le 400 mètres féminin ou le saut en hauteur chez les hommes, le record du monde du saut à la perche hommes est l'un de ceux qui résiste depuis plus de vingt ans. Cela tient surtout à l'athlète hors-normes qu'était Serguei Bubka. Un gabarit moyen (1,83 m), mais une vitesse de course phénoménale. D'après son entraîneur, il parvenait à courir le 100 mètres en 10"02... avec un poids de 20 kilos dans les mains, rapporte le Bleacher Report (en anglais).

Le perchiste ukrainien Serguei Bubka lors des championnats du monde d\'athlétisme de 1983, à Helsinki (Finlande).
Le perchiste ukrainien Serguei Bubka lors des championnats du monde d'athlétisme de 1983, à Helsinki (Finlande). (TONY DUFFY / GETTY IMAGES)

Elevé à l'école soviétique, Bubka utilisait des perches très longues et très rigides, qu'il utilisait à la perfection pour franchir des barres stratosphériques. Il a battu 34 fois le record du monde pendant les deux décennies qu'a duré sa carrière, et n'en a été dépossédé que quelques heures, en 1984. Certes, des perchistes américains l'ont accusé de dopage en 1986, mais rien n'a pu être prouvé contre lui. 

Le seul perchiste qui semble capable d'approcher le record de Bubka, c'est Renaud Lavillenie. Il a d'ailleurs tenté plusieurs fois sa chance à 6,16 m. Ici à Nantes, où sa tentative échoue, mais est loin d'être ridicule. 

La règle du jeu a changé

Une fois "retraité", Serguei Bubka n'a eu aucun mal à se faire élire à la Fédération internationale d'athlétisme en 2001. A ce moment-là, les règles du saut à la perche changent. Les taquets, qui maintiennent la perche en hauteur, sont raccourcis de 7 à 5 cm. Tout est fait pour que la barre que doivent franchir les athlètes devienne plus instable. Renaud Lavillenie en a fait l'amère expérience en mars, à Göteborg (Suède) : le Français avait effectivement franchi 6,07 m (ce qui en faisait le 2e meilleur performeur de l'histoire), mais la barre, qui n'était pas tombée, avait néanmoins quitté les taquets pour reposer en équilibre instable sur les montants. Son saut a été invalidé... alors qu'il a largement franchi la barre.

Le saut à 6,07 m de Renaud Lavillenie à Göteborg, le 14 mars 2013, est invalidé car la barre a quitté ses taquets (de forme ronde) pour reposer sur les montants.
Le saut à 6,07 m de Renaud Lavillenie à Göteborg, le 14 mars 2013, est invalidé car la barre a quitté ses taquets (de forme ronde) pour reposer sur les montants. (CAPTURE D'ECRAN FRANCE 3 AUVERGNE)

On a aussi limité le temps de préparation des perchistes, la taille des perches et même la largeur du ruban adhésif entouré autour de la perche par les athlètes pour une meilleure prise en main... Autant d'avantages dont avait bénéficié Bubka. 

"D'habitude, les changements techniques sont destinés à favoriser les performances, mais dans ce cas comme celui du javelot [la forme du javelot a été changée en 1986, ce qui a conduit à une baisse des performances], cela revient à chasser un 'record fantôme' pour les athlètes d'aujourd'hui", dénonce le site spécialisé Speed Endurance (en anglais). Il n'y a guère que la composition des perches, en métal et en fibres de verre époque Bubka, en fibres de carbone pour les perchistes d'aujourd'hui, qui soit au désavantage de l'Ukrainien. 

Heureusement que Serguei Bubka n'a pas sauté aussi haut que l'avaient calculé une équipe de biomécaniciens japonais, en 1991. D'après eux, il avait largement les capacités de passer 6,23 m, rappelle Le Monde (article réservé aux abonnés). Un record du monde qui paraîtrait aujourd'hui encore plus inaccessible...