"Mes jambes m'ont amené la gloire, aujourd'hui elles m'abandonnent" : à 83 ans, Michel Jazy honoré

La fédération internationale d’athlétisme honore jeudi 21 novembre tous les recordmen du demi-fond encore vivants. Parmi eux, le Français Michel Jazy, vice-champion olympique en 1960 à Rome.

Michel Jazy le 22 novembre 2014
Michel Jazy le 22 novembre 2014 (SALINIER QUENTIN / MAXPPP)

Michel Jazy, 83 ans aujourd'hui, a été l'un des athlètes français les plus populaires des années 60. Vice-champion olympique à Rome, il a également détenu 9 records du monde et 17 records d'Europe. Originaire du nord de la France, il vit aujourd'hui dans le sud-ouest, à Hossegor, où il a ses habitudes : un café et la lecture de L'Équipe chaque matin dans le club-house du golf local. "Je suis du Nord-Pas de Calais. Le café c'est notre apéritif ! Et L'Équipe c'est ma Bible !"

Je n'ai pas été champion olympique, mais j'ai eu la reconnaissance du public.Michel Jazyà franceinfo

Celui que ses amis surnommaient "le zèbre des corons", pour sa vitesse à la course mais aussi pour les marques de baguette laissées par son instituteur, n’a rien oublié de sa longue carrière : "La plus belle époque que j'ai vécue, c'est dans les années 60, où il y avait la gloire du maillot et la fierté de battre des records du monde". Mais sa quatrième place aux jeux olympiques de 1964 l’empêche encore de dormir aujourd’hui : "Oui... J'aurais aimé être champion olympique. Mais ce n'est pas grave : j'ai eu la reconnaissance du public français".

Michel Jazy franchit la ligne d\'arrivée le 24 juin 1965 à Melun après avoir établi deux nouveaux records du monde.
Michel Jazy franchit la ligne d'arrivée le 24 juin 1965 à Melun après avoir établi deux nouveaux records du monde. (STAFF / AFP)


Michel Jazy a été l’un des premiers sportifs aussi médiatisé et populaire. Il a reçu plus de 500 000 lettres de fans et signe encore aujourd’hui des autographes. Il continue à s'intéresser à l'athlétisme, a un faible pour le champion du monde du décathlon Kévin Mayer, mais il regrette que l’argent ait pourri le sport. Et il souffre de ces jambes qui lui tant apporté : "Mes jambes, elles m'ont amené  la gloire. Mais aujourd'hui, elles m'abandonnent".

Rencontre avec Michel Jazy - Reportage de Guillaume Battin
--'--
--'--