Athlétisme : le Kényan Eliud Kipchoge remporte le marathon de Tokyo avec un nouveau record sur le parcours

Sept mois après avoir décroché un deuxième titre olympique au Japon, Eliud Kipchoge a de nouveau triomphé à Tokyo dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Eliud Kipchoge a remporté le marathon de Tokyo, dimanche 6 mars. (KAZUHIRO NOGI / POOL)

Le double champion olympique kényan Eliud Kipchoge a remporté, dimanche 6 mars, le marathon de Tokyo en 2 heures, 2 minutes et 40 secondes. S'il a échoué à battre son propre record du monde, il s'agit d'un record sur le parcours. Avec ce chrono, il détient désormais trois des quatre chronos les plus rapides de l'histoire sur la distance reine des 42,195 km.

La légende de la course à pied, âgée de 37 ans, s'est détachée de son compatriote Amos Kipruto après environ 35 km de course et termine à un peu plus d'une minute de son record de 2h01 et 39 secondes, établi à Berlin en 2018. Kipchoge est aussi détenteur d'un record officieux, sous la barre mythique des 2h, en 1h59 et 41 secondes, obtenu à Vienne en 2019 lors d'un événement monté pour lui.

"Une grosse course"

"Je suis très heureux. Après ma deuxième médaille d'or olympique au Japon l'été dernier, je suis revenu à Tokyo pour faire une grosse course. Un marathon en 2h02 et la victoire, c'est ce que j'appelle une grosse course", a-t-il déclaré.

Kipchoge n'a pourtant pas été aidé quand, au km 10, le groupe de tête s'est trompé dans un virage. Il a alors perdu environ dix secondes, et son rythme, quand ce groupe est revenu vers lui pour reprendre le bon itinéraire.

Son compatriote Amos Kipruto (29 ans), médaillé de bronze mondial sur la distance en 2019, a fini deuxième en 2h03 et 13 secondes. "Je suis fier d'avoir remporté quatre des six marathons "majeurs". Je veux aussi porter un message d'unité. Face aux différences, parlons, ne nous battons pas", a-t-il ajouté, philosophe, en pleine invasion russe en Ukraine.

Tokyo fait partie des six marathons "majeurs", avec New-York, Berlin, Chicago, Londres et Boston. Kipchoge a annoncé vouloir remporter les six dans sa carrière. Avant Tokyo, il a déjà gagné à Londres, Chicago et Berlin. Il espère aussi tripler son titre olympique à l'occasion des Jeux de Paris en 2024, ce qui serait un exploit inédit.

Chez les femmes, sa compatriote Brigid Kosgei, 28 ans, a ébloui la course en 2h16:02, le 3e temps le plus rapide de l'histoire, à un peu moins de deux minutes de son record du monde (2h14 et 4 secondes à Chicago en 2019).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Marathon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.