Cet article date de plus de quatre ans.

Gironde : un homme en garde à vue dans l'agression de l'athlète Pierre-Ambroise Bosse à Gujan-Mestras

Un jeune homme a été placé en garde à vue jeudi dans le cadre de l'agression de Pierre-Ambroise Bosse. Il a été convoqué à la brigade territoriale de la gendarmerie d'Arcachon à 8h30.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pierre-Ambroise Bosse. (JEWEL SAMAD / AFP)

Un homme de 24 ans est en garde à vue jeudi 31 août, après l'agression à Gujan-Mestras (Gironde) de Pierre-Ambroise Bosse, sacré champion du monde du 800m aux championnats du monde à Londres en août, a appris franceinfo ce jeudi, confirmant une information du Parisien. Cet homme a été convoqué à la brigade territoriale de la gendarmerie d'Arcachon à 8h30. Il est connu pour des faits de violences et affaires de stupéfiants. 

L'athlète a indiqué mercredi soir sur sa page Facebook qu'il arrêtait sa saison sportive après avoir été "sauvagement agressé" par "trois individus" samedi soir lors d'un "mouvement de foule", aux abords du casino de Gujan-Mestras (Gironde). L'enquête en flagrance est confiée à la gendarmerie.

"Un préjudice moral inqualifiable"

Sur le réseau social, Pierre-Ambroise Bosse a détaillé la nature de ses blessures : "de multiples fractures au visage" qui lui valent "de nombreux jours d'ITT" et "un préjudice moral inqualifiable". "Moi qui ai toujours aimé les gens, j'en aime trois de moins aujourd'hui", a conclu Pierre-Ambroise Bosse.

"J'espère que la plainte qui a été déposée va permettre de trouver les responsables et de les juger durement", a réagi sur franceinfo jeudi, Bernard Amsalem, l'ancien président de la Fédération française d'athlétisme (de 2001 à 2016).

Champion du monde du 800 mètres à Londres il y a trois semaines, Pierre-Ambroise Bosse, 25 ans, devait encore participer au DécaNation d'Angers le 9 septembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Athlétisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.