Cet article date de plus d'un an.

Mondiaux d'athlétisme : le sprinteur Christian Coleman pourra participer au 100m

Christian Coleman risquait une suspension pour avoir manqué trois contrôles antidopage, mais l'Américain sera finalement bien présent aux Mondiaux d'athlétisme à Doha (27 septembre - 6 octobre). L'agence antidopage américaine l'a autorisé à se rendre au Qatar.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Accusé d'avoir manqué trois contrôles antidopage, le sprinteur Christian Coleman risquait de ne pas pouvoir concourir aux Championnats du monde à Doha (27 septembre - 6 octobre). Il va pouvoir souffler un ouf de soulagement : l'agence antidopage américaine (USADA) l'a finalement autorisé à s'aligner sur le 100m au Qatar fin septembre.

Le sprinteur américain a vu les charges pesant contre lui être levées par l'USADA, qui a considéré que ses manquements n'entraient pas dans le cadre des 12 mois qui incombaient à la violation du règlement antidopage.

L'instance américaine avait initialement indiqué que la nouvelle star du sprint mondial avait contrevenu aux règles de localisation le 6 juin 2018, le 16 janvier 2019 et le 26 avril 2019, par son absence à la convocation d'un contrôleur à ces dates. 

Après vérification, l'Usada a constaté que le premier contrôle soumis à Coleman datait du 1er avril 2018 et non du 6 juin 2018. En conséquence, l'athlète américain ne pouvait plus être accusé de manquement à trois contrôles en douze mois et a été blanchi.

"Chaque athlète est présumé innocent tant que son cas n'est pas bouclé dans le cadre d'une procédure légale. C'est le cas de Christian Coleman qui, aux yeux de l'Usada, n'a pas commis d'infraction aux règles antidopage et est à nouveau autorisé à courir", a déclaré dans le communiqué Travis Tygart, le patron de l'instance. A Doha, Coleman sera un des grands favoris à la médaille d'or sur 100 mètres.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Championnats du monde d'athlétisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.