Cet article date de plus de cinq ans.

Les athlètes russes soupçonnés de dopage manqueront les Mondiaux

Alors que les Mondiaux de Pékin se rapprochent à grands pas (du 22 au 30 août prochain), les révélations sur le dopage n’en finissent pas de tomber. Pour éviter plus de suspicion, la Fédération d’athlétisme russe a annoncé lundi que ses athlètes suspectés de dopage ne seraient pas du voyage jusque Pékin.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

"Aucun athlète russe suspecté d'utiliser des substances illicites ne pourra  participer aux Championnats du monde". C’est ce qu’a annoncé à la presse le secrétaire général de la  fédération d’athlétisme russe Sergei Butov. Cette décision fait suite aux nombreuses révélations qui ébranlent le monde de l’athlétisme depuis début août. La chaîne de télévision allemande ARD, ainsi que le journal du Sunday Times avaient ainsi révélé une étude selon laquelle, entre 2001 et 2012, 800 athlètes sur les 5000 testés présentaient des valeurs sanguines "suspectes ou hautement suspectes". Les fédérations kényanes et russes étaient les plus touchées par ces accusations.

Pour faire taire les accusations, ou au moins les réduire, la fédération russe a décidé de ne pas emmener les athlètes russes suspectés de dopage. "Nous n'avons pas pris cette décision à cause des enquêtes médiatiques, qui  prétendent des choses différentes", a tenu à justifier Butov. "Notre décision est  uniquement fondée sur les règles de l'IAAF, et sur rien d'autre". Toujours selon les informations de la chaîne ARD, trois entraîneurs, ainsi que le responsable du département médical Serguei Portugalov, encourent une suspension à vie.

Le président de la fédération russe, Vadim Zelichenok, a insisté sur ces décisions-chocs, en affirmant que "dans tous les cas, aucun des  athlètes russes qui ont déjà été suspendus pour dopage, ou qui sont suspectés de dopage, n'ira à Pékin."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Championnats du monde d'athlétisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.