Cet article date de plus de six ans.

Braderie de Lille : Mehdi Baala court 5 km à reculons pour la bonne cause

L'ancien médaillé olympique a parcouru, dos à la course, la moitié du 10 km organisé à Lille dans le cadre de la célèbre braderie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien athlète Mehdi Baala participe aux 10 km de Lille en courant à reculons, le 6 septembre 2014, lors de la braderie de Lille (Nord). (VINE / FRANCETV INFO)

Attention, coureur à contresens. Le double champion d'Europe du 1 500 mètres et médaillé olympique Mehdi Baala a couru 5 km à reculons, samedi 6 septembre, afin de récolter des fonds pour l'Institut Pasteur, à l'occasion des courses organisées à la braderie de Lille (Nord).

Le défi est parti d'une plaisanterie lancée par un ami, a expliqué l'ancien champion de 36 ans, aujourd'hui conseil auprès de l'équipe de France d'athlétisme, sur le plateau de France 3 Nord/Pas-de-Calais, juste après la course. Mehdi Baala a ensuite eu l'idée de transformer le défi en soutien à une bonne cause.

A chaque euro récolté, le coureur promettait sur le site internet de "Baala à l'envers" de parcourir un mètre de plus dans cette position. "J'avais une vue assez large de tout ce qui se passait derrière, j'ai vécu les choses d'une manière différente", a raconté Mehdi Baala. "C'est quelque chose qui m'aura marqué en tout cas dans ma vie personnelle et sportive", a-t-il ajouté. 

Il défie son ex-coéquipier Marc Raquil

Devant le succès de l'opération, Mehdi Baala a lancé depuis le plateau de télévision un défi similaire à l'un de ses anciens équipiers en équipe de France Marc Raquil, installé à Nice.

Mehdi Baala était aligné sur le 10 km et a donc réalisé la moitié à l'envers. Avec le semi-marathon, les deux courses sont des rendez-vous phare de la braderie de Lille, qui débute selon une règle officielle après le passage du dernier coureur. Quelque 14 000 coureurs se sont alignés au total.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.