Cet article date de plus d'un an.

Athlétisme : World Athletics et l'IIRM forment un groupe de travail sur la prévention des épidémies pour les événements de masse

World Athletics s'est associé à d'autres fédérations internationales et à l'Institut international de médecine de course (IIRM) pour mettre en place un groupe de travail médical. Il aura pour but de préparer l'après-confinement et la reprise des "rassemblements de masse".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Les fédérations internationales pensent déjà à l'après. Une fois le confinement terminé, il faudra continuer à gérer les risques de propagation de l'épidémie lors des événements sportifs. Le département de la santé et des sciences de Worlds Athletics et l'IIRM ont lancé un groupe de travail sur le sujet, en collaboration avec les organes directeurs du cyclisme (UCI), du ski (FIS), de l'aviron (FISA) et du triathlon (UIT).

"Nous formons ce groupe de travail pour rassembler des représentants clés de toutes les parties du monde des sports d'endurance afin d'aider à trouver des solutions et à créer des directives viables et appropriées pour les participants aux événements sportifs de masse, le personnel des événements, les bénévoles et la communauté en général" a expliqué le Dr Stephane Bermon, directeur du département Santé et Science de World Athletics.

Pour le covid-19, mais pas seulement

Bien que le covid-19 ait été la principale raison de la création de l'équipe spéciale, World Athletics a déclaré que d'autres maladies étaient également une source de préoccupation. "De nombreux organisateurs d'événements ont également dû faire face au norovirus et à d'autres maladies contagieuses lors de la mise en scène des événements et ce groupe de travail aidera à créer des lignes directrices pour aider à réduire le risque d'infection" a ajouté le médecin. 

Les objectifs du groupe de travail sont clairs. Tout d'abord la diffusion maximale de recommandations lors de rassemblements de masse grâce ç un outil d'évaluation des risques. Ensuite, le but est de conseiller les organisateurs de courses de masse afin de planifier un retour aux activités "normales". Et enfin de recueillir et analyser des données pour déterminer si les survivants du covid-19 ont des risques plus élevés ou non de développer d'autres maladies ou blessures lors de la pratique d'activités. Si oui, modifier la pratique. 

Ce groupe de travail tiendra sa première réunion à partir de la semaine du 20 avril afin de mettre en place ses directives au plus vite. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.