Roland-Garros 2022 : Hewett, Kunieda, De Groot, Houdet et Peifer... Les favoris du tournoi de tennis fauteuil vus par Michaël Jérémiasz

Le consultant France Télévisions évoque les forces en présence sur les tournois masculin et féminin, qui débutent mardi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le Français Stéphane Houdet lors de la demi-finale des Internationaux de Rome, le 9 mai 2019. (MATTEO CIAMBELLI / NURPHOTO / AFP)

Place à leur compétition. Les tournois de tennis fauteuil vont eux aussi rythmer, à partir du mardi 31 mai, les journées à Roland-Garros. A cette occasion, Michaël Jérémiasz, ancien numéro 1 mondial et désormais consultant pour France Télévisions, évoque pour franceinfo: sport les têtes d'affiche à suivre et les forces en présence côté français.

Tableaux masculins : Hewett et Kunieda favoris en simple, Houdet et Peifer en double

"On a un affrontement depuis deux ans entre le Britannique Alfie Hewett et le Japonais Shingo Kunieda", analyse Michaël Jérémiasz. "Kunieda est une légende du tennis fauteuil [c'est le joueur de tennis le plus titré toutes catégories confondues]. On pensait qu'il prendrait sa retraite après les Jeux de Tokyo, chez lui cet été [il a obtenu la médaille d’or], mais il sera bien là." "Il ne faudra pas oublier non plus l’Argentin Gustavo Fernandez", ajoute Michaël Jérémiasz. Les trois hommes occupent d'ailleurs les trois premières places mondiales au classement.

Côté français, les regards se tournent vers le double. Stéphane Houdet et son partenaire Nicolas Peifer seront présents. Ils ont remporté la médaille d'or paralympique à Tokyo en 2021, cinq ans après être montés sur la première marche du podium Rio en 2016. "Ils ont une vraie chance", assure Jérémiasz, lui-même vainqueur deux fois en double à Paris et champion olympique à Pékin avec Stéphane Houdet.

"En simple, Nicolas est aujourd’hui moins armé pour aller chercher un titre à Roland. Stéphane, de son côté, est increvable. Il a une intelligence de jeu qui fait qu'il peut battre n'importe qui. Il a une cinquantaine d'année [51 ans] mais il joue un peu à la Federer. La comparaison lui plaira (rires) !" 

 Du côté des jeunes joueurs, Jérémiasz se montre plus dubitatif. "C'est la question... Guilhem Laget a un vrai potentiel, mais il est, aujourd’hui, le seul."

L'évidence Diede de Groot chez les femmes

Dans le tableau féminin,  Diede de Groot est la grande favorite. "Elle est tenante du titre et écrase la concurrence, mais peut parfois se faire challenger par la Japonaise Yui Kamiji. A part un accident de parcours, il n'y a pas de risque", estime Michaël Jérémiasz. Championne olympique en simple et en double à Tokyo, la Néerlandaise vise un 14e sacre en Grand Chelem en simple (elle en compte aussi 13 en double). Mais elle n'a gagné "que" deux fois le tournoi parisien.

Du côté des Tricolores, la numéro 1 française et 18e mondiale, Emmanuelle Mörch, "a fait une très bonne série en Turquie. Elle y a gagné deux tournois sur terre, et elle se rapproche doucement du top 10". Michaël Jérémiasz estime toutefois que "ce sera peut-être un peu juste pour Roland-Garros. Mais elle a déjà son ticket d'entrée." Ses compatriotes Charlotte Fairbank et Pauline Déroulède ont du potentiel, "mais de là à taquiner les meilleures mondiales, c'est une autre histoire", précise Jérémiasz.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Roland-Garros 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.