Cet article date de plus de cinq ans.

Pas de billet supplémentaire pour les lutteurs français aux JO de Rio

Les lutteurs français n'ont décroché aucun billet pour Rio de Janeiro cette semaine au Tournoi de qualification olympique (TQO) de Zrenjanin, en Serbie, Zelimkhan Khadjiev restant donc pour l'instant le seul tricolore certain d'aller aux JO cet été.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Mélonin Noumonvi a déjà l'esprit aux jeux Olympiques de Rio en 2016. (ATTILA KISBENEDEK / AFP)

Au tournoi européen de Zrenjanin, où il fallait atteindre la finale pour s'assurer une place aux Jeux, seuls Zoheir El Ouarraqe en lutte libre (57 kg) et Cynthia Vescan (75 kg) chez les féminines ont atteint les demies. En lutte gréco-romaine, le chemin s'est arrêté dès les quarts pour Artak Margaryan (66 kg) et Melonin Noumonvi, le champion du monde 2014 des moins de 85 kg. Deux TQO mondiaux sont encore au programme pour espérer aller à Rio, du 22 au 24 avril à Oulan-Bator (Mongolie) puis du 6 au 8 mai à Istanbul.

A Oulan-Bator, les quatre lutteurs présents en Serbie seront rejoints par Iurii Semiakin (65 kg) en lutte libre et côté féminin par Julie Sabatie (48 kg), Mélanie Lesaffre (53 kg) et Koumba Laroque (63 kg). Trois lutteurs supplémentaires seront ensuite inscrits au dernier TQO en Turquie, l'objectif final de l'équipe de France restant d'envoyer entre six et neuf athlètes aux Jeux pour décrocher une 18e médaille olympique après celle de bronze de Steeve Guénot en gréco-romaine à Londres en 2012.

Le dernier titre olympique de la lutte française remonte à 2008, avec déjà Steeve Guénot, qui a renoncé en mars à tenter la passe de trois à Rio, blessure oblige. La plus belle chance de médaille pour les lutteurs français repose clairement sur Zelimkhan Khadjiev, 21 ans, champion du monde juniors 2014 et qualifié en lutte libre depuis sa 5e place aux championnats du monde de Las Vegas aux Etats-Unis en septembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.